Cap emploi : revoir un système impuissant ?

Les Cap emploi aident-ils vraiment les travailleurs handicapés à retrouver un emploi ? Avec 500 000 chômeurs, la situation s'avère critique. L'Igas, dans un rapport, propose de repenser le système et de dédier ces agences aux handicaps complexes.

12 février 2018 • Par Handicap.fr / Emmanuelle Dal'Secco

Thèmes :

Commentaires42 Réagissez à cet article
Illustration article

Fin septembre 2017, la barre des 500 000 travailleurs handicapés au chômage a été franchie, soit 8,5% des demandeurs d'emploi (chiffres Agefiph). Malgré l'existence de nombreux dispositifs d'aide, leur situation au regard de l'emploi reste plus dégradée que pour l'ensemble de la population : leur taux de chômage est presque deux fois plus élevé (18%) et leur ancienneté dans le chômage plus forte (57% sont inscrits à Pôle emploi depuis plus d'un an contre 46%). En même temps qu'un premier rapport pour sauver le mode de financement de l'insertion professionnelle des travailleurs handicapés remis le 17 janvier 2018 (article en lien ci-dessous), l'Igas (Inspection générale des affaires sociales) s'est penchée sur une évaluation plus pointue, celle du réseau Cap emploi. Livré en mai 2017, il n'a été rendu public que le 5 février 2018.

Un double objectif

Il a deux objectifs. D'une part, évaluer la performance des opérateurs spécialisés Cap emploi, qui accompagnent 23% des demandeurs d'emploi handicapés sur orientation de Pôle emploi, et d'autre part, faire des propositions pour améliorer l'accès à l'emploi des chômeurs de longue durée handicapés. Pour rappel, le réseau des Cap emploi a accompagné, dans 98 départements, 81 000 personnes en 2016. Les auteures de ce rapport, Bénédicte Legrand-Jung et Isabelle Rougier, constatent que « l'organisation du service public de l'emploi (SPE) ne permet pas la prise en charge optimale des publics handicapés les plus vulnérables ». Ils sont suivis par Pôle emploi pour 73% d'entre eux, par Cap emploi (23%) et par les missions locales (moins de 4%). Selon ces expertes, « malgré une expertise reconnue dans le domaine du handicap et des modalités d'accompagnement adaptées, le réseau des Cap emploi n'est pas en mesure d'assurer pleinement et prioritairement l'accompagnement des personnes souffrant d'un handicap lourd ou complexe ».

Pour quelles raisons ?

Plusieurs facteurs seraient en jeu. Tout d'abord, les critères d'orientation de la part de Pôle emploi ne ciblent pas les situations prioritaires. Mais on constate également un déficit d'expertise sur certains handicaps complexes (comme le handicap psychique). Ajoutons à cela le fait que le maillage reste inégal sur l'ensemble du territoire et que le nombre d'accompagnements délégués s'avère très variable selon les départements. La prise en charge par Pôle emploi des personnes cumulant un handicap avec d'autres difficultés (difficultés sociales, problèmes de santé, etc.) est également problématique : l'accompagnement global « constitue un progrès » mais il n'intègrerait pas « les spécificités du handicap », affirme l'Igas.

Chacun son rôle

Le rapport propose donc de spécialiser les Cap emploi dans les situations les plus difficiles et, dans le même temps, d'envisager une montée en compétence de Pôle emploi en matière de prise en charge des personnes handicapées. Cette double évolution ne serait possible qu'avec une plus grande complémentarité entre les deux opérateurs tout au long du parcours des personnes concernées, mais aussi d'une plus grande mobilisation des outils de la politique de l'emploi : la formation professionnelle, qui est un enjeu prioritaire, et l'insertion par l'activité économique.

31 recommandations

Pour mieux définir et calibrer et de manière optimale les réponses à apporter sur un territoire donné, il devient impératif de disposer de données fiables sur les différents types de handicap, produites par les MDPH. Pour en finir avec un pilotage qualifié « à l'aveugle » ! Enfin, un pilotage renforcé de la politique d'accès à l'emploi des actifs handicapés est souhaitable, en direction prioritairement des personnes les plus éloignées de l'emploi. Pour nourrir les réflexions du gouvernement sur ce sujet, ce rapport livre 31 recommandations (page 95).

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires42 Réagissez à cet article

Thèmes :

42 commentaires










































Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.