Un programme féminin pour retrouver le chemin de l'emploi

Un arrêt maladie de longue durée peut détruire une carrière... Pour certaines femmes, c'est un peu "avancez directement à la case chômage, sans passer par celle de l'emploi". Une asso les aide à revenir dans la vie active en boostant l'estime de soi.

25 juillet 2019 • Par

Thèmes :

Illustration article

Un arrêt maladie peut coûter cher, a fortiori pour les femmes ! Selon une enquête de la Drees* réalisée en 2015, 15,1 % des femmes du secteur privé, contre 11,4 % des hommes, se retrouvent au chômage ou « inactives » l'année suivant un arrêt maladie de plus d'un mois. Dès lors, comment amorcer un retour en emploi en douceur ? Pour l'association Stellis, qui accompagne les femmes fragilisées, la première étape consiste à retrouver confiance en soi. Avec son programme « Osons la reprise », disponible dès la rentrée 2019, elle incite les femmes à prendre un nouveau départ dans un climat bienveillant et positif !

Booster l'estime de soi

Les femmes sont toutes confrontées, au cours de leur vie, à des périodes où elles se sentent plus fragiles : après un accident de la vie, une maladie ou encore une grossesse, une fausse-couche, la ménopause... « Malheureusement, trop souvent, elles ne trouvent pas l'écoute et la douceur qu'elles méritent », regrette Christelle Moulinié, fondatrice et présidente de Stellis. Face à ce constat, elle a décidé de créer un programme « revalorisant », qui permet de se projeter sereinement dans un avenir professionnel. Il propose à toutes celles de la région lyonnaise ayant vécu une absence prolongée, un accompagnement basé sur la détente, l'optimisation de ses compétences et l'estime de soi. « Parce que l'écueil ne doit pas éclipser la femme, nous accueillons les femmes dans leur globalité. Nous les aidons à devenir plus fortes et mieux armées face à la question du retour à l'emploi », poursuit Christelle Moulinié.

Accompagnement sur-mesure

Chaque séance débute par un atelier de co-développement, « pour se nourrir du collectif avec bienveillance », suivi d'un temps psychocorporel pour chasser les tensions, envisager un retour en emploi progressif ou se réconcilier avec l'image que l'on a de soi. Sophrologie, yoga, chant, socio-coiffure, conseils en image... Autant de prestations favorisant le bien-être qui, selon l'association, est « un accélérateur du processus d'insertion professionnelle ». Les séances, de 2h30 environ, sont dispensées par une équipe pluridisciplinaire (ostéopathe, naturopathe, psychologue, sophrologue, etc.). Ce réseau de praticiens permet aux participantes de moduler leur « prise en soin » en fonction de l'évolution de leur situation. L'association accompagne également les femmes malades, celles qui ont un enfant malade ou handicapé, ou simplement celles qui traversent un passage à vide. « Chacune d'elles est unique et mérite un accompagnement sur-mesure », estime Christelle Moulinié. C'est dans cette perspective qu'elle souhaite ouvrir un lieu d'accueil proposant des parcours individualisés pour répondre, avec encore plus de « précision », aux besoins de chacune.

* Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.