Au café Joyeux, tous les employés ont un handicap mental 

Résumé : Joyeux Opéra est un coffee-shop pas comme les autres, à Paris. On y trouve de délicieuses pâtisseries mais, à la différence d'autres établissements, ici, tous les employés ont un handicap mental ou cognitif. Ouverture le 22 mars 2018.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Après un an à Rennes, le coffee-shop Joyeux connaît un tel succès qu'un deuxième établissement ouvrira ses portes au public le 22 mars 2018 dans le 2e arrondissement de Paris (23 rue Saint Augustin, passage Choiseul). L'inauguration est prévue la veille, journée mondiale de la Trisomie 21, en présence de la secrétaire d'État au Handicap, Sophie Cluzel, dont l'agenda indique qu'elle sera accompagnée de Brigitte Macron (elle avait également visité le restaurant Le Reflet à Nantes qui propose un concept similaire, article en lien ci-dessous) et de Nicolas Hulot. De la cuisine au service, tout est pris en main par 25 serveurs et cuisiniers en situation de handicap mental ou cognitif, dont certains ne travaillent que quelques heures par semaine. À l'initiative de ce projet, Yann Bucaille Lanrezac, un homme d'affaires aux passions variées, qui souhaite montrer que les personnes en situation de handicap ont, elles aussi, toute leur place dans le monde du travail.

Servi avec le cœur

Permettre aux salariés handicapés de travailler dans un milieu ordinaire et non dans des structures spécialisées, c'est l'ambition de ce projet. "Il s'agit d'abord d'un établissement où vous pourrez boire un excellent café et déguster de très bonnes pâtisseries. Mais, surtout, vous serez accueillis par des gens un peu différents, pour qui ce coffee-shop représente beaucoup", assure-t-il. Son credo : "Servi avec le cœur". Dans une décoration soignée et cosy, les employés en situation de handicap assurent le service en salle, en cuisine et au comptoir. Vianney, Fabian, Brandon, Mathilde, Lucie, Cécile, Thérèse et Eliza sont porteurs de trisomie ou de troubles autistiques. Cet emploi est un moyen pour eux de retrouver leur dignité et de briser les aprioris que le grand public se fait du handicap mental. "On a envie de montrer que cela marche et qu'on n'a pas à rougir face aux autres enseignes", affirme Yann Bucaille Lanrezac.

Des adaptations bien pensées

Si Joyeux est un café solidaire, le choix et la qualité des produits proposés sont primordial. Ainsi, toute la carte est composée de recettes faites maison préparées avec des produits frais. Lcommande de soupes, quiches, salades ou sandwiches se fait au comptoir. Un élément de jeu Duplo est donné au client et une pièce de même couleur est posée sur son plateau qui, une fois prêt, est apporté à sa table par un serveur. "Pour la machine à café, on a repéré que certains salariés ne savaient pas dans quel sens tourner le percolateur, on va mettre des pictogrammes ou des numéros", explique Laure Germain, psychologue du travail. "Des personnes ayant une trisomie sont tout à fait capables d'écrire, d'utiliser un vocabulaire élaboré, alors que d'autres sont incapables de lire, voire de verbaliser". Il faut "détecter les activités les plus adaptées à chacun", souligne-t-elle. Ceux qui savent "lire, écrire, compter, ont été formés particulièrement pour prendre les commandes", selon Camille Lorthiois, responsable du coffee-shop.

Au commencement était un bateau 

La totalité des dividendes est redistribuée à la fondation Émeraude Solidaire, actionnaire unique. D'après son créateur, le projet Joyeux ce sont d'abord de belles rencontres. Avant d'ouvrir son premier café, rue Vasselot, à Nantes, Yann a créé une association : Émeraude voile solidaire. Avec quelques amis, il propose à des personnes en situation de handicap ou de précarité de voyager, le temps d'une après-midi, à bord d'un catamaran qu'il a fait construire. Lors d'une de ses virées en mer, un jeune homme trisomique l'interpelle : "Capitaine, t'as pas un métier pour moi ?". Il répond d'abord par la négative mais lui vient ensuite l'idée de créer sa propre entreprise, qui emploiera des personnes en situation de handicap : c'est ainsi que nait Joyeux. Aujourd'hui, d'autres ouvertures sont envisagées à Bordeaux, Lyon et peut-être Lille.

D'autres initiatives 

En France, et ailleurs, de plus en plus d'initiatives similaires voient le jour. Le Reflet, à Nantes, est un restaurant qui emploie des serveurs porteurs de trisomie 21 (article en lien ci-dessous). L'établissement a ouvert ses portes début 2017 et ne désemplit pas. À Valenciennes, Valérie et Jean-Yves Sybille ont monté leur propre restaurant, La Cantine, pour embaucher leur fille Joséphine. Souffrant d'un retard des acquisitions, de troubles du langage et de fatigue récurrente, elle ne trouvait pas d'emploi (article en lien ci-dessous). Deux exemples parmi d'autres qui permettent à des personnes avec un handicap mental d'être, enfin, mises au contact du public et surtout de faire valoir leurs talents.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Assan Haidara, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 21-03-2018 par Mamimu :
Très bon article.Je suis enchantée de voir qu'un nouvel établissement s'ouvre et dont le personnel handicapé peut prouver avec son coeur qu'il est capable de travailler .Je vais bientôt sur Paris avec mes petits enfants,j'espère bien leur rendre une petite visite.Merci pour eux

Le 21-03-2018 par Faté :
Je suis encadrante technique d'une boutique solidaire à Ulisse Grenoble Solidarité. Bravo pour votre projet et son succès. J'espère qu'un tel projet verra le jour chez nous à Grenoble. Bonne continuation.

Le 21-03-2018 par Gaia :
Vive la diversité !

Le 27-03-2018 par marc :
Immense bravo de permettre aux salariés handicapés mentaux de travailler dans un milieu ordinaire et de ne plus dépendre du médico-social, d'un ESAT !

Ces jeunes autistes, trisomiques, ont un contrat de travail, de quelques heures... à un temps plein..., c'est vraiment formidable, l'essentiel étant qu'ils participent par leur travail, à l'économie du pays et qu'ils travaillent dans un restaurant ordinaire. Est-ce un contrat de droit commun ?

Je me pose une question : comment est financé l'encadrement spécifique de ces jeunes ?
Quelle compensation a obtenu ce Café, car j'espère qu'il a une aide de l'État ? À travers les contrats de travail? Y a t'il un montage financier spécifique ?

Le 05-04-2018 par Walter Salens :
Si vs allez sur ma page FB, vs y verrez quelques shots de ce jour et le pourquoi de mon déjeuner à Paris avec une de mes petits-enfants. J'ai pu constater de visu que l'article décrit bien le travail, l'ambiance et la formation de ces jeunes souriants et joyeux. J'oubliais presque, oui je me suis bien nourri et à titre exceptionnel j'ai dégusté un cidre bio au lieu d'une b.... b....!

Le 20-05-2018 par Janine :
Ils gagnent combien par mois?

Le 27-08-2018 par Sisi :
Magnifique Projet pour ses jeunes qui sont demendeurs... jai une sœur avec un handicap (defiscience intellectuelle) et je lencourage tout les jours quand elle va bosser.
Bravo

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr