Camille, 21 ans, employée en crèche, est trisomique

Résumé : C'est une avancée en France. Camille Besson, jeune fille trisomique, suit un CAP petite enfance. En contrat de professionnalisation, elle travaille pour le moment au sein de la micro-crèche de Bourgoin-Jallieu, en Isère.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Camille Besson, 21 ans, est porteuse de trisomie 21. Ce qui ne l'a pas empêchée de passer un CAP (Certificat d'aptitude professionnelle) petite enfance en France, en contrat de professionnalisation. À la micro-crèche Garderieland de Bourgoin-Jallieu, en Isère, elle s'occupe d'une dizaine d'enfants de 0 à 3 ans, environ 9 heures par semaine. Neuf autres heures sont consacrées aux cours dispensés au sein du Greta (Groupe d'établissements publics de formation professionnelle continue) dans le cadre de son apprentissage.

Première intégration

Apprendre à changer un enfant, donner le repas, participer aux activités et au chant, préparer les biberons… Comme ses trois collègues, Camille à la responsabilité de multiples tâches. Éric Giordano, directeur de l'établissement et investi auprès de différentes associations agissant en faveur du handicap, s'enthousiasme de cette intégration. « Je la connais depuis qu'elle a 6 ans, confie-t-il. Lorsqu'elle est revenue en France, après 5 ans passés à l'île Maurice, rien ne s'offrait à elle. Son père, que je connais de longue date, m'a demandé s'il était possible de la recruter. »

Suivi professionnel et psychologique

M. Giordano, qui souhaite intégrer davantage de personnes en situation de handicap au sein de son équipe, sollicite plusieurs organismes, avec le soutien de l'Agefiph (Fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées). En novembre 2015, Camille commence à travailler. « Nous avons démarré par un stage de deux mois, en collaboration avec Pôle emploi, qui nous a présenté l'association Pairformhand », poursuit le directeur. Cette dernière a mis au point une méthode de formation des professionnels qui se destinent à accompagner les personnes handicapées peu autonomes, et assure également le suivi psychologique du travailleur. Elle associe son réseau à un organisme de formation baptisé Expairtises. S'ensuit pour la jeune femme un stage de professionnalisation de février à juillet 2016, avant une rencontre avec le Greta qui met en place un cursus en CAP à l'automne suivant.

Un contact « extraordinaire »

Camille, employée très investie, est « extraordinaire » avec les enfants, selon l'équipe qui l'encadre. « Les petits l'adorent et lui font confiance. Ils ne voient pas son handicap mais plutôt une personne aimante et câline. Des deux côtés, il n'y a aucun jugement », rapporte M. Giordano. Mais certaines situations sont aussi génératrices de stress pour la nouvelle recrue. « Elle n'apprend que par la répétition, ce qui prend beaucoup de temps, précise-t-il. C'est parfois très fatigant pour elle. Entre autres difficultés, elle a pour le moment du mal à réprimander un enfant lorsqu'il le faut. » Pour l'instant en phase de test, Camille pourra bénéficier d'un bilan à l'issue de sa formation. « À long terme, nous aimerions qu'elle reste. Nous devrons estimer ce que cela nous coûtera lorsque nous ne serons plus soutenus financièrement », explique son employeur. Camille, elle, devrait obtenir son CAP petite enfance en 2018 ou 2019.

Ce n'est pas la première fois qu'en France une personne trisomique intègre le milieu professionnel ordinaire au contact des enfants. En Haute-Garonne, par exemple, Léonie, Elsa et Lola, toutes trois titulaires d'un CAP petite enfance ou en cours de préparation, travaillent en école maternelle depuis plusieurs années déjà. En Argentine, c'est aussi le cas de Noelia Garella, 29 ans, enseignante en maternelle (lire article en lien ci-dessous).

© Les Garderieland

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Aimée Le Goff, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 13-01-2017 par Renée :
Non, non ce n'est pas la première. J'en connais 3 dans mon département, une qui travaille dans une école maternelle avec le CAP depuis plus de 10 ans (Léonie) une autre depuis 4 ou 5 ans, avec le CAP également (Elsa) et une 3° qui travaille depuis plusieurs années et qui prépare le CAP petite enfance en VAE (Lola). C'est dans le 31.

Le 14-01-2017 par djordane :
c'est vraiment pour elle j'espère qu'elle aura son CAP et que des crèches la prendrons pour s'occuper des enfants.je lui souhaite bon courage.et un très bonne continuation dans vie vie professionnel.

Le 14-01-2017 par Sabrina :
Je confirme ce n'est pas la première , j'accompagne le projet d'une jeune femme de 20 ans , trisomique aussi pour un cap vente , mon rôle est de l'accompagner durant les jours de CFA pour l'écriture et la compréhension des cours (Comme auxiliaire de vie scolaire mais sur adulte) nous sommes entourer de pôle emploi, de l'employeur, de mon association d'aide à domicile , et de l'association trisomie du vaucluse et beaucoup d'autres associations . Ce projet est sur 3 ans , elle est très motivée mais c'est vrai que c'est assez difficile pour certains cours et ce n'est qu'à force de répétition et de sa volonté qu'elle acance sûrement. Fière de l'accompagner sur son projet et espère que beaucoup d'autres puissent y accéder

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches