Lutte anti chômage des personnes handicapées, une priorité !

Résumé : A l'occasion de la " Grande conférence sociale pour l'emploi " qui débute le 7 juillet 2014, quelle place pour les personnes handicapées ? Selon l'APF, la lutte contre leur chômage doit figurer parmi les priorités !

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

22% des personnes en situation de handicap en capacité de travailler sont au chômage ! L'aggravation du nombre de demandeurs d'emploi en situation de handicap, + 80% entre 2008 et 2013, révèle une situation particulièrement préoccupante. Ils sont passés de 228 000 fin 2008 à 413 000 fin 2013, principalement jeunes et seniors, selon l'APF (Association des paralysés de France).

L'emploi des plus vulnérables

Dans ce contexte, quelle place leur sera-t-elle accordée lors de la 3ème « Grande conférence sociale pour l'emploi » qui se tient au Palais d'Iéna, à Paris, le 7 et 8 juillet 2014 ? L'APF rappelle que la lutte contre le chômage des personnes en situation de handicap doit constituer une priorité. Elle demande également que les partenaires sociaux engagent des négociations interprofessionnelles pour les personnes éloignées de l'emploi, incluant les personnes handicapées afin de permettre la sécurisation de leur accès à l'emploi et de leur maintien.

Quels constats ?

À l'occasion de cette conférence sociale, l'APF s'adresse aux pouvoirs publics et partenaires sociaux. Selon elle, les constats sont les suivants… La gouvernance des politiques de travail et d'emploi relative aux personnes handicapées est trop « segmentée, fragile, insuffisamment lisible » (convention multipartite, pacte pour l'emploi en EA, travail en ESAT…). Elle regrette également les « limites des dispositifs existants et leur fonctionnement en silos » : faiblesse des articulations insertion pro, médico-social, insertion, entreprises, inadaptation des outils d'accompagnement des parcours… Cette absence de sécurisation des parcours professionnels pour une population vulnérable la surexpose aux risques d'exclusion durable de l'emploi. Enfin, des cadres administratifs inadaptés, ce que l'APF définit comme «  trappes à inactivité », comme la reconnaissance de la lourdeur du handicap, restreignent, selon elle, « de manière substantielle et durable l'accès à l'emploi ».

Des propositions dans 3 domaines   

Loin de se contenter de dresser des bilans, l'APF propose d'agir sur trois leviers. Et tout d'abord de rénover le dialogue sur le travail et l'emploi des personnes handicapées dans une approche transversale et globale incluant le milieu ordinaire (privé et public) et le secteur protégé en mobilisant l'ensemble des parties prenantes. Il faut, ensuite, développer un plan d'action résolu en faveur de la lutte contre l'exclusion professionnelle et pour l'emploi des personnes en situation de handicap durablement exclues du marché de l'emploi. Cela suppose l'accès et le développement des carrières et le maintien dans l'emploi à tous les âges de la vie professionnelle, notamment aux deux extrémités, jeunes et seniors. Enfin, l'association propose d'intégrer dans le Pacte de responsabilité et de solidarité des éléments dynamiques pour une société inclusive. Cela suppose d'accorder une place aux personnes durablement éloignées de l'emploi dans les entreprises qui sont soumises à l'obligation d'emploi de travailleurs handicapés.

Et d'ajouter que rien ne sera possible sans le respect des AD'AP (Agenda d'accessibilité programmée) et la mise en accessibilité de tous les Etablissements recevant du public (ERP), un autre « immense » chantier, un autre cheval de bataille !

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 08-07-2014 par memee :
anti- chômage des personnes handicapées,"je rigole" on veut quoi des personnes handicapées tant en E.A et ESAT avec un ongle en moins bac + en capacité de travail d'un valide et qui permettent à une poignée de personnes au dessus de bien vivre "médico-social" qui eux bénéficient de tous les avantages de la fonction publique. Hollande et Tourraine réagissaient.

Le 13-07-2014 par AHP²V Baham Cameroun :
Nous collaborons avec Adikiné de france our l'amélioration de condition physique des personnes à besoins spéciaux

Le 17-07-2014 par NCPC1 :
Et que dire quand un médecin agrée vous a reconnu apte et qu'une association mandatée par un ministère décide du contraire ???

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches