Emploi des personnes handicapées: une semaine pour convaincre les entreprises

Résumé : Les personnes handicapées sont toujours discriminés en matière d'emploi, malgré une législation plus contraignante pour les entreprises, soulignent les associations qui organisent une semaine de sensibilisation pour convaincre les employeurs.

Par , le 

Par Martine VERON

PARIS, 11 nov 2006 -

[BC][EC]Près d'une personne handicapée sur trois est sans emploi, souligne l'Association pour l'insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées (ADAPT), qui organise du 13 au 19 novembre - pour la 10è année -cette "Semaine de l'emploi des personnes handicapées".
[BC][EC]Pendant six jours, des rencontres vont être organisées sur tout le territoire entre employeurs potentiels et personnes handicapées, au cours de forums de recrutement, ateliers ou "jobs-datings".
[BC][EC]Une quinzaine de ces rendez-vous d'une dizaine de minutes, destinés à convaincre employeurs et employés potentiels de "faire affaire" ensemble, seront organisés à Paris et dans 12 villes de France.
[BC][EC]L'Adapt, qui défend ce type de recrutement où le handicap est d'emblée affiché, se targue d'avoir obtenu en 2005 l'embauche de 55% des 720 candidats ayant décroché un entretien approfondi après leur job-dating.
[BC][EC]"En matière d'emploi des personnes handicapées, on ne peut se contenter des dispositifs habituels. Il ne s'agit pas d'un passe-droit, simplement d'amener des personnes à compétences égales au même niveau de chances" de décrocher un travail, explique Emmanuel Constans, président de l'Adapt.
[BC][EC]Car pour l'heure, le taux de chômage des personnes handicapées est toujours le double de la moyenne nationale, aux alentours de 20%. 62% des employeurs n'ayant pas de handicapés dans leurs effectifs émettent des réserves à en embaucher, soulignait en 2005 un sondage réalisé par l'Agefiph (Fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées).
[BC][EC]Depuis cette date, la loi Handicap entrée en vigueur en janvier a alourdi les amendes dont doivent s'acquitter auprès de l'Agefiph les entreprises n'ayant pas embauché 6% de salariés handicapés, comme la loi l'impose depuis 1987.
[BC][EC]Les campagnes d'information commencent à porter leurs fruits, estime Didier Arnal, directeur général de la fédération des Apajh (adultes et jeunes handicapés), mais "les problèmes demeurent", regrette-t-il, citant "le maquis infernal des dispositions juridiques".
[BC][EC]"Une grande entreprise a généralement un +Monsieur Handicap+, mais les petites préfèrent souvent payer une pénalité devant la complexité des dispositions à prendre", explique-t-il.
[BC][EC]Les associations mettent aussi en avant un "obstacle culturel". Préjugés et stéréotypes sont des freins majeurs à l'embauche, alors que 90% des travailleurs handicapés ne nécessitent aucun aménagement de poste, rappelle l'Adapt, et que 93% des entreprises employant des personnes handicapées se disent après coup très satisfaites.
[BC][EC]Au cours de la semaine, plus d'une centaine d'entreprises accueilleront des personnes handicapées pour qu'elles travaillent en binôme avec un salarié valide, le temps d'une journée. L'idée est de casser les préjugés, explique l'Agefiph, qui a lancé cette opération "Un jour, un métier en action".
[BC][EC]Le faible niveau de qualification d'une importante proportion de chômeurs handicapés, due en grande partie à la scolarisation encore difficile des enfants handicapés en milieu scolaire ordinaire, rend également la recherche d'un emploi plus difficile.
[BC][EC]"Tout le monde peut être concerné", préviennent les organisateurs de la Semaine de l'emploi, puisque 80% des personnes reconnues handicapées le sont à la suite d'un accident ou d'une maladie.

mv/jba/nd

[BI]« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2003) Agence France-Press.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».[EI]

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches