Handicap psychique et emploi : le guide du PDITH 92



Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Que sont les PDITH

Ce sont des espaces de concertation des acteurs professionnels et institutionnels, permettant de coordonner, au plan départemental, les interventions de l'Etat et de l'Agefiph en matière de politique d'emploi pour les personnes handicapées. 

 

Les PDITH s'adressent :

  • aux personnes malades ou handicapées, salariées ou sans emploi,
  • aux entreprises,
  • aux professionnels de l'insertion, spécialisés ou non.

    

Le PDITH favorise le lien entre les organismes et permet d'initier des collaborations entre les différents partenaires : ANPE, MDPH, Cap Emploi, centres de formation, Medef, médecins du travail, inspecteurs du travail, Cramif, CPAM, CFA, IMPro, missions locales...

 

Les PDITH sont donc des organismes ressources et publier les résultats de leurs recherches permet au plus grand nombre de bénéficier de leurs regards d'experts.

Le PDITH 92 vient notamment de publier un guide concernant le handicap psychique et sa prise en charge spécifique dans une politique d'insertion professionnelle.

 

Le constat :

 

Le premier frein à l'emploi des personnes handicapées psychiques est bien la méconnaissance qu'ont de leurs troubles les entreprises et les partenaires de l'insertion. Les dispositifs spécifiques sont insuffisants et surtout l'absence de coordination entre les différents acteurs sanitaires, médico-sociaux et les acteurs du champ de l'insertion professionnelle, est peu favorable à la mise en place d'une prise en charge cohérente de la personne.

 

Le guide

Handicap Psychique et Emploi.

 

Dirigé par Claire Le Roy-Hatala, sociologue consultante, ce guide est le fruit de la réflexion collective des partenaires du PDITH 92 : l'AGEFIPH, l'ANPE, le Conseil Général, la CRAMIF, La Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH), la Mission Locale, Practhis et L'UNAFAM, Union Nationale des Amis et Familles de Malades Psychiques.

 

 

 

Un guide au service des professionnels

 

Ce guide est consacré à la problématique du handicap psychique, de l'insertion professionnelle et du maintien dans l'emploi. L'environnement économique et professionnel, les exigences accrues de performances et de compétitivité contribuent parfois à la détérioration de la santé mentale d'une partie de la population. Ils posent la question du maintien dans l'emploi et des conditions de travail mais également des réelles possibilités d'insertion professionnelle pour un public fragilisé, car les troubles psychiques entraînent une forte exclusion du monde du travail. Rappelons qu'aujourd'hui 2 % de la population souffre de troubles psychiques.

 

Au lendemain de la réaffirmation du droit des personnes handicapées dans la loi handicap du 11 février 2005 , la question de la place des personnes handicapées psychiques dans le milieu de travail ne peut plus être contournée ou ignorée. Elle doit être posée de façon éclairante à deux titres : tout d'abord en ce qui concerne le renforcement de l'obligation d'embauche pour les entreprises publiques ou privées, ensuite, du fait de la reconnaissance explicite, dans la loi, des troubles psychiques comme pouvant être à l'origine d'une situation de handicap.

 

Ce guide est destiné à l'ensemble des professionnels de l'insertion et de l'accompagnement des personnes handicapées. Il leur permettra de mieux comprendre la problématique spécifique posée par les troubles psychiques dans les parcours professionnels. Il ne prétend pas apporter des solutions « clés en main » pour l'accompagnement des travailleurs handicapés psychiques, mais propose des axes de réflexion face à leur intégration et leur maintien dans l'emploi.

 

Coordination du PDITH des Hauts-de-Seine
Malorie Sarr
Maison de l'emploi et de la formation
63 avenue Georges Clémenceau
92735 Nanterre cedex
tél : 01 47 29 79 65
fax : 01 47 29 79 89
e-mail coordination.pdith92@mefnanterre.fr

 

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 27-02-2008 par birgitt :
bonjour!très conçernée par le handicap pschychique(2jeunes=ado+adulte)ilest vrai que mise à part 1 travail en centre protégé ou cat ,il n'y a guère de choix pour ces malades qui n'ont pas choisi leur handicap

Le 02-03-2008 par Bruno :
Je suis vice-président d'un GEM lyonnais. Je m'occupe de la problématique de l'insertion professionnelle des personnes en situation de souffrance psychique. Je suis très touché de constater que ce handicap commence à être pris en compte par les acteurs socio-professionnels.

Le 29-07-2009 par mod69 :
par rapport au message de birgitt: handicap psychique ne veut pas toujours dire débile mental (expression que je déteste pour qui que ce soit), et ne signifie pas forcément que tous doivent travailler en CAT...j'ai un bac+4 et je suis aussi psychiquement faible et sans emploi car "je ne supporterais pas la pression" d'après les gens qui s'occupent d'insertion professionnelle.

Le 19-04-2012 par chris22 :
Ma fille, en souffrance psychique mais ayant prouvé lors de stages de mis à niveau, qu'elle pouvait être rayonnante de bonheur et pleine d'atouts pour travailler, n'a pas eu l'emploi postulé en Mairie (où je travaille) quand la DRH a demandé de quel handicap elle souffrait. Pourtant ils semblaient enchantés de ses talents et recherchent toujours des postes handicap à pourvoir. Mais il vaut mieux être dans un fauteuil roulant pour la société. Comment faire évoluer les mentalités ? Personne ne lui donne sa chance

Le 14-03-2014 par Rose :
14 03 2014
Suis d'accord avec Chris rien apparemment n'a évolué depuis 2012 toujours rien pour l.emploi de ces handicapés. Mon fils bac S + 4 à toute son intelligence mais il n.en ai pas tenu compte dans l'évaluation pour une orientation professionnelle. C'est l'esat, il ,passe ses journées à conditionner des marchandises. Bel enrichissement .... Handicap psychique n'est pas significatif de débilité mentale mais on ne prend pas en compte l'évaluation intellectuelle dans leur orientation . La voie exclusive est "travail en ESAT"
Faire évoluer les mentalités ? Quand on voit que les médias ont largement participé à répandre la peur parce qu'il y a eu deux faits graves de malades non soignés, alors qu'ils sont nombreux sous traitement à mener une vie normale. Nous vivons dans une société intolérante et stéréotypée. Courage aux malades et à leur famille car la souffrance est immense

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr