CAT les Dryades à Valence pour l'insertion professionnelles des Traumatisés crâniens.

Résumé : Ce CAT né en 1997, est agréé pour accueillir 10 équivalents temps plein. Il s'adresse aux personnes atteintes d'un traumatisme crânien ou d'une lésion cérébrales acquise.

Par , le 

[BB]Ce CAT né en 1997, est agréé pour accueillir 10 équivalents temps plein. Il s'adresse aux personnes atteintes d'un traumatisme crânien ou d'une lésion cérébrales acquise. [EB]

[BB]Traumatisme crânien, un handicap invisible[EB]
Ces personnes souffrent de séquelles neuro-cognitives. Elles ont de gros problèmes de mémoire, d'orientation dans l'espace et le temps au niveau de l'apprentissage. Elles souffrent aussi souvent de problèmes de fatigabilité et de lenteur.
Ces spécificités engendrent d'autant plus de difficultés relationnelles avec l'entourage que la victime ne se rappelle pas de son accident et conserve l'idée de ses capacités d'avant comme des qualités inaltérées. Souvent, il n'y a pas de problème physique en dehors d'une petite difficulté à se déplacer. Ces séquelles sont à vie, mais les possibilités d'évolution même très minces existent et permettent d'envisager une embauche et une certaine autonomie. C'est en grande partie sur cette évolution que s'est fondée la philosophie du CAT des Dryades

[BB]Immédiatement en entreprise [EB]
Le CAT est «Hors les murs», ce qui signifie qu'après acceptation du dossier par le CAT, les travailleurs sont directement intégrés en entreprise. Ce dispositif offre de nombreux avantages. Tout d'abord la personne est orientée en fonction de ses attentes professionnelles tout en respectant et adaptant le poste à ses aptitudes physiques et intellectuelles mais aussi en fonction de son lieu de résidence qui est généralement celui de sa famille. La personne est amenée a participer aussi à la recherche de l'entreprise qui va l'embaucher, ce qui lui fait prendre conscience des difficultés de cette étape fondamentale.
La personne échappe grâce à cela au parcours difficile de l'insertion à la sortie du CAT.
Ce mode de fonctionnent crée des conditions d'insertion professionnelle idéales puisque le contact avec le monde du travail est immédiat. Si l'adéquation au poste se fait, la personne peut espérer au bout des deux années de mise à disposition décrocher un véritable contrat de travail. Les placement sont fait dans tous les domaines d'activité même si les postes proposés restent simples.

[BB]Une structure légère et sans investissement [EB]
Le CAT qui ne nécessite aucun investissement matériel est plus souple et plus réactif.
Les travailleurs s'orientent de fait dans les entreprises proches de leur lieu d'habitation. L'aménagement des horaires est aussi adapté à chaque cas en fonction des employeurs.

[BB]Une équipe réduite et efficace[EB]
L'assistante sociale, Hélène Pinet qui travaille à mi-temps, gère le volet administratif en relation avec la COTOREP mais aussi toutes les actions de soutien, notamment en terme de suivi psychologique. Elle travaille aussi avec l'assistante sociale de secteur sur les aspects du couple, des loisirs, du logemen. Le prospecteur placier, Pierre Lacroix, est lui employé à temps plein, il gère le volet des entreprises disposées à signer un contrat et suit l'évolution de la personne réinsérée. Notez que l'entreprise n'est pas l'employeur ; elle est signataire d'un contrat de prestations de service avec le CAT, le contrat peut-être résilié selon des conditions convenues lors de sa signature.

[BB]Des objectifs largement atteints[EB]
Rien n'avance sans objectif et de ce coté Hélène et Pierre réussissent à permettre une embauche en CDI pour environ six personnes par an. Le taux de satisfaction des employeurs est quant à lui de 100%.

Pour être complet, voir la fiche pratique sur le Spase (Service Personnalisé d'Accompagnement et de Suivi dans l'Emploi)

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr