Déficients visuels : une formation qui a vu juste !

Résumé : Vous êtes déficient visuel,en quête d'un projet professionnel? Vous avez jusqu'à fin juin 2010 pour vous inscrire à une nouvelle formation de 'praticien bien-être' mise en place dans 3 centres en France. Massage et relaxation: que du bonheur!

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Ils ont des mains en or... Ils avaient installé leurs « sièges à supplices » dans les allées du salon Autonomic de Paris. Des mains en or, et ils comptaient bien le prouver. Leur stand n'a pas désempli durant trois jours. Massages, modelages, palpations, pressions, délectations... Que du plaisir pour les visiteurs qui pouvaient juger in situ des vertus de la détente. Un éveil des sens procuré par ceux qui en sont pourtant, en partie, privés. En effet, ces praticiens experts en bien-être ont la particularité d'être malvoyants.

Un marché en plein essor

C'est à l'initiative de la fondation d'entreprise l'Occitane (une marque de cosmétique), qui soutient d'autres projets liés au bien-être, que cette formation pour les déficients visuels a vu le jour. Dans un catalogue encore trop restreint qui peine à proposer des débouchés aux travailleurs handicapés, elle a le mérite d'être plutôt innovante, d'autant plus qu'il apparait que l'intégration des personnes déficientes visuelles dans l'entreprise a moins progressé que pour les autres handicaps. Il convenait alors de s'appuyer sur un marché, celui du bien-être, en plein essor... A l'instar de ce qui existe déjà dans d'autres pays, par exemple en Asie, où les métiers du bien-être sont traditionnellement réservés aux malvoyants. Il fut un temps où la kinésithérapie semblait être le plus probable des débouchés, c'est maintenant à la sphère de la décontraction de solliciter ces mains expertes.

Une formation rémunérée


Cette formation « praticien bien-être » est proposée dans trois Centres de réadaptation professionnelle pour déficients visuels (CRP) : Paris (12 places), Clermont-Ferrand (8) et Vertou (8), près de Nantes. Elle s'étale sur 42 semaines dont 12 en entreprise et porte sur différents domaines : éthique, hygiène, cosmétologie, anatomie, techniques commerciales... L'admission se fait sur orientation de la MDPH et peut être totalement prise en charge puisque les CRP sont considérés comme des établissements médico-sociaux. Les stagiaires sont rémunérés, selon leur expérience professionnelle, entre 652 et 1900 € par mois. Elle permet d'obtenir un certificat de qualification niveau IV.

Des débouchés certains


Les débouchés sont nombreux, aussi bien dans des thalassothérapies que des Spa ou encore des maisons de retraites ou des entreprises. C'est ce que confirme l'une des responsables d'un CRP : « Les entreprises sont de plus en plus soucieuses du bien-être de leurs salariés, conscientes qu'il peut avoir un retentissement sur leur efficacité au travail. Alors certaines aménagent des plages horaires pour leur proposer des séances de relaxation et de détente. » Un principe qui touche également les stagiaires, accompagnés dans leur développement personnel pour gagner en assurance, développer de meilleures qualités relationnelles, savoir communiquer, et convaincre ainsi les entreprises en dépit de leur handicap. Dans chaque CRP, un chargé de l'intégration professionnelle fait le lien avec les futurs employeurs et informe les stagiaires sur les mesures en faveur de l'emploi des personnes handicapées. Urgence : les inscriptions sont ouvertes jusqu'à fin juin. Il reste encore quelques places pour la rentrée prochaine !


Contacts :

• CFRP de l'association Valentin Haüy (Paris) : 01 44 49 27 27
http://www.avh.asso.fr
• CRP des Hauts Thébaudières (Vertou) : 02 51 79 50 00
http://www.thebaudieres.org
• CRSP du CRDV (Clermont-Ferrand)
Tél. : 04 73 31 80 00
http://www.crdv.asso.fr

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 22-06-2010 par Walter SALENS :
Excellente information pour ce type de formation et le débouché éventuel qui peut en découler. L'aveugle devenant kiné: tradition et longues études. Ainsi donc une possibilité vers des métiers, difféents de ceux dans l'informatique et autres.

Le 26-06-2010 par Cat :
Le métier de masseur-kinésithérapeute (MKDE) a bien de la peine pour continuer d'exister. Déficiente visuelle et MKDE, je pense que nous avons fort à faire pour conserver notre place face à des professionnels qui utilisent et revendiquent nos pratiques. A ce jour difficile de se trouver à sa place avec son DE en poche...Pour mon amie non-voyante, 17 ans, qui vient de passer son Bac français section S, je lui souhaite de pouvoir entrer dans un IFMK et de pouvoir exercer pleinement ses compétences. Je la salue, courageuse qui va tous les jours suivre ses cours dans un lycée d’enseignement général avec son chien guide. Eh oui, elle est suffisamment mature pour s’en occuper. Pour ceux et celles qui font des efforts tous les jours pour trouver leur place dans la société, je souhaite qu’on arrête d’effeuiller le beau métier de MKDE . Je mets également en garde contre des pratiques douteuses qui font la une des journaux. Ce métier n’est pas facile, mais de grâce, ne lui retirez rien…

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches