Le groupe Casino élargit son accord

Résumé : Les objectifs sont clairs pour les trois prochaines années : 300 embauches, l'accueil de 100 stagiaires, le maintien dans l'emploi et toujours un axe d'intervention envers le milieu protégé....

Par , le 

Pour rappel, Casino a signé son premier accord test en 1995 sur la Loire. Celui-ci s'est terminé en 98 avec un franc succès. Le groupe s'est donc engagé au niveau national par un nouvel accord sur la période 2000 à 2002.
Cet accord recouvrait les domaines de la distribution, des entrepôts et du siège social. Le bilan est une fois de plus éloquent : le quota mutualisé atteint 7,95%, un taux exceptionnel qui masque néanmoins quelques disparités parmi les établissements. En terme d'embauche, cela se traduit par 304 CDI, 318 CDD, 349 maintiens dans l'emploi et 140 stagiaires handicapés accueillis. Parallèlement le Groupe Casino a renforcé son partenariat avec le réseau Cap Emploi, les centres de rééducation professionnelle et le milieu protégé.
Un recrutement pas toujours facile
Annie Ayel, responsable de l'accord cadre au niveau national, nous avoue que le recrutement n'est cependant pas toujours évident. « Nous avons de la peine à trouver des candidats au bon profil pour les sièges sociaux car les Cap Emploi ne gèrent pas toujours ce genre de profil. Nous les trouvons quelques fois par hasard ». « Certaines régions sont aussi plus difficiles que d'autres, tout comme certains métiers souffrent d'une carence de main d'œuvre » En conclusion, le recrutement semble globalement difficile, ce qui n'est que plus méritant pour les entreprises employeurs. Casino utilise régulièrement l'intérim pour pourvoir ces postes au siège social ou dans le domaine de la logistique. Casino s'est aussi engagé dans le milieu protégé en sous-traitant un certain nombre d'activités mais aussi et surtout en accueillant des stagiaires à la sortie des IME ou en provenance d'atelier protégé ou de CAT.
Fort de ces résultats, Casino a signé un nouvel accord cadre qui couvre 11 sociétés. Chacune à son tour ayant signé un accord d'entreprise. Ce qui représente, selon Annie Ayel, une énorme difficulté administrative.
Cet accord couvre en plus des domaines liés au précédent accord ceux de la restauration, du service après vente et des achats. Les objectifs sont clairs pour les trois prochaines années : 300 embauches, l'accueil de 100 stagiaires, le maintien dans l'emploi et toujours un axe d'intervention envers le milieu protégé. « Nous sommes engagés dans le projet «Ergonaut» qui consiste à mettre en application les bonnes pratiques liées à l'insertion professionnelle des personnes du milieu protégé » Annie Ayel peut donc être fière des résultats de sa mission due aussi à un plan permanent de sensibilisation et de formation des collaborateurs de tous niveaux du Groupe Casino qui possède plus de 500 établissements. Pour conclure Annie Ayel pense que l'une des difficultés d'embauche en magasin est due à la faible différence entre le salaire proposé (SMIC) et le revenu des différentes aides accordées, ce qui va malgré tout entraîner pour le candidat la perte de son AAH. « C'est un risque que beaucoup ne veulent pas prendre, quand on sait qu'en cas de chômage il faut de très nombreux mois pour recouvrer ses droits »
JMMC

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr