La fonction publique accueille plus de personnes handicapées

Résumé : Le taux d'emploi des personnes handicapées dans la fonction publique s'élève à 5,17% en 2015, selon un bilan du FIPHFP, publié le 24 mai 2016. En 2014, il s'élevait à 4,9%.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

C'est un résultat jamais atteint auparavant, selon le Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP). Le taux de personnes handicapées s'élève à 4,18% dans la fonction publique d'État (FPE), avec une moyenne de 3,2% dans l'Éducation nationale et de 5,2% dans les autres corps, selon Marc Desjardins, directeur du fonds.

Résultats « satisfaisants mais modestes »

Il est de 5,41% dans la fonction publique hospitalière (FPH), « un niveau stable », et de 6,22% dans la fonction publique territoriale (FPT) où il enregistre sa plus forte progression. Cela représente 221 712 personnes en situation de handicap en emploi avec 25 000 recrutements en 2013 ; des résultats « très satisfaisants mais modestes au vu des 470 000 personnes handicapées en situation de chômage », a souligné M. Desjardins.

Des employeurs continuent à recruter alors qu'ils ont dépassé le taux légal de 6% (instauré par la loi de 2005, ndlr). « C'est notamment le cas du CNRS qui emploie 24 000 personnes handicapées et a recruté  37 chercheurs et 38 ingénieurs techniciens handicapés depuis 2007 », a précisé M. Desjardins. « C'est aussi le cas d'Amiens métropole qui, avec 3 800 agents, emploie 32 personnes en situation de handicap dont 18 apprentis, et du CHU de Toulouse, qui emploie 752 personnes handicapées avec un objectif d'en recruter 30 par an », a-t-il ajouté.

Plus d'apprentis handicapés

Les apprentis en situation de handicap dans la fonction publique sont passés d'une centaine en 2009 à un millier, pour lesquels le FIPHFP prend en charge 80% de la rémunération totale (20% restant à la charge de l'employeur). En outre, 3,45 millions d'euros de financement ont été consacrés au titre de l'apprentissage pour 2015, soit une hausse de 39% par rapport à 2014.

Concernant le maintien en emploi, il concerne 15 749 personnes handicapées en 2013, soit une hausse de 10% par rapport à 2012. Pour la 3e année consécutive, les dépenses du FIPHFP s'élèvent à 160 millions d'euros, en baisse de 12% par rapport à 2014, face à une baisse des contributions des employeurs de 41% à 126 millions d'euros, selon le bilan.

« Au-delà de la vision sur le handicap qui doit évoluer, l'insertion des personnes handicapées dans le monde du travail souffre de deux contraintes : un plafond de verre des employeurs publics qu'il faut convaincre et un déficit de formation par l'apprentissage notamment », a jugé Philippe Nicolle, directeur-adjoint du fonds.

Lire les réactions et réagissez !  

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 24-05-2016 par roux :
je souhaite que cela se poursuive à avenir et que les autres envoyeurs auront plus peur des handicapés

Le 02-06-2016 par petit :
mensonge, j'ai fait plus de 3 de conseil général et j'ai été viré comme un mal propre

Le 02-06-2016 par petit :
on nous ment.

Le 08-06-2016 par Mimidou :
J'aimerai apporter mon témoignage à cet article.
En situation de handicap, j'ai été embauché dans la fonction publique hospitalière en 1986, on a refusé de faire évoluer ma carrière, on a constitué un dossier, mon handicap était cité à plusieurs reprises. Après une dispo et 10 ans d'expérience positive dans le privé. Ayant fait des études supérieures pour une nouvelle profession, à cause de ce dossier on à refusé de me titulariser. Je suis toujours en attente d'une solution...

Le 08-06-2016 par joel :
Reconu travailleur indicappes

Le 13-06-2016 par nanou :
Empoyée à la Fonction Publique Hospitalière (APHP). En cld en 2012, j'ai repris mon travail en 2013 avec avis médical "Urgent, reprise sous condition de mutation pour raison de santé". Mais cette demande n'a pas été respectée. Nouvel arrêt.opérations...Actuellement en invalidité à 80% et en rqth par la MDPH. Rien n'est fait pour que je réintègre un emploi. Je cherche désespérément une solution (cv, lettres de motivation, appels au comité médical, etc..service handicap..) En juin 2016, par un de mes médecin, me fait comprendre que mon employeur ne fera rien car cela est trop compliqué, etc...25 ans de travail. Toujours considérée comme une employée exceptionnelle avec des notations excellentes j'en suis écoeurée de toutes ces lois qui nous font croire que nous avons des droits,.. que notre employeur a obligation de nous réintégrer... En plus d'être diminuée physiquement, est-ce normal que je devienne un paquet encombrant dont chacun veut se débarrasser??

Le 30-06-2016 par jojo :
« C'est notamment le cas du CNRS qui emploie 24 000 personnes handicapées et a recruté 37 chercheurs et 38 ingénieurs techniciens handicapés depuis 2007 », a précisé M. Desjardins

LES 24 000 Emplois CNRS sont des personnes déjà en poste.... dépression, etc..
Ce ne sont ABSOLUMENT pas du recrutement.
Les mensonges, ça suffit.

Le recrutement en externe des personnes handicapées moteurs, est IMPOSSIBLE. Cela prend la place d'un valide susceptible d'être recruté. Ma fille en a fait les frais pourtant avec un doctorat avec les félicitations du jury à l'unanimité et sortant de l'ENS de LYON. La responsable de la mission handicap du CNRS et les laboratoires CNRS n'agissent pas en faveur du recrutement de chercheurs handicapés. Idem pour l'enseignement supérieur.

Le 07-07-2016 par japster :
A ma grande surprise , je vois que ça n'évolue pas beaucoup, étant RQTH à la territoriale , il est très difficile de faire comprendre , je m'explique, voilà maintenant que je suis rqth depuis 2 ans et fonctionnaire depuis 30 ans, mon poste (chef de cuisine)n'évolue pas dans le bon sens malgré les recommandations de la médecine du travail , et pourtant une étude préalable à l'aménagement/ adaptation du poste a été effectué (epaast) depuis plus de 6 mois , toujours rien .... je me réserve de mettre un droit de retrait pour évoluer cette situation .
Réponse: du conseil départemental , plus de crédits pour réaliser les aménagements ( fours , friteuses ...etc..

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches