Quand le handicap psychique s'invite en entreprise

Résumé : Selon l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), les troubles psychiques concernent une personne sur quatre dans le monde.

Par , le 

Réagissez à cet article !

En France, les problèmes de santé mentale font partie des premières causes d'invalidité et constituent la deuxième cause d'arrêt de travail (Rapport CNAM).

Les entreprises et les administrations semblent pourtant bien silencieuses face au handicap psychique.
Nous entendons de plus en plus parler de Risques PsychoSociaux (RPS), de Qualité de Vie au Travail (QVT), de santé mentale et de burn out en entreprise, mais pas (ou très peu) de handicap psychique dans le monde du travail.

Le handicap psychique s'arrêterait-il à la porte de l'entreprise ?

Au sein de notre société, certaines pathologies sont plus connues que d'autres ou plus médiatisées comme l'addiction, les troubles bipolaires, les schizophrénies. En parlant d'addiction, ne connaissez vous pas un collègue, un collaborateur alcoolique ?
L'addiction à l'alcool peut-être reconnue comme une situation de handicap et rentre dans la famille des handicaps psychiques. Comme les addictions, les autres pathologies psychiques et donc le handicap psychique sont déjà présents en entreprise mais on en parle très peu.

Méconnaissance, stéréotypes, préjugés … un bon cocktail pour rester dans le silence.

Les médias associent souvent l'asociabilité ou la déficience intellectuelle aux troubles psychiques. La représentation sociale d'une personne souffrant de trouble psychique est une personne irresponsable, incurable et dangereuse. Des mots violents qui ont des conséquences très importantes sur la personne qui découvre et vit avec sa pathologie :

  • sur le plan personnel avec une baisse de l'estime de soi, un sentiment de honte,
    de culpabilité, d'isolement,
  • sur le plan social : exclusion du collectif pouvant aller jusqu'à l'exclusion du monde du travail,
  • sur les soins : difficultés d'accès au soins, abandon thérapeutique car accepter de suivre un traitement, c'est reconnaître avoir un trouble psychique et donc endosser tous les préjugés et représentations sociale liés à sa pathologie.

Afin de libérer la parole, il est important d'oser parler du handicap psychique et de sensibiliser l'ensemble des collaborateurs, managers, directeurs …
Le handicap psychique n'a pas besoin de s'inviter en entreprise, il est déjà là mais souffre des préjugés véhiculés dans l'espace public et privé. Le monde du travail, via les entreprises et les administrations, peut faire bouger les lignes en osant en parler mais aussi en proposant une écoute, des accompagnements pour les collaborateurs ayant des troubles psychiques et rencontrant des difficultés dans leur emploi.

L'entreprise peut donc aider les salariés à briser le silence comme elle a réussi à le faire avec les autres types de handicap. C'est un enjeu de responsabilité sociale, mais aussi de performance économique : bien accompagnée, une personne est moins absente et plus performante.

Dans notre prochain billet venez découvrir «le handicap psychique et son employabilité».

---
Diane Flore Depachtère - Expert handicap psychique et santé mentale

Dirigeante du cabinet DFD Consulting

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.

Réagissez à cet article !  


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr