40 000 embauches en entreprises adaptées d'ici 2022

Résumé : L'Etat et les représentants des entreprises adaptées ont signé une convention qui va permettre, notamment, de doubler les embauches dans ce secteur d'ici 2022 grâce à des financements publics supplémentaires. Réactions contraires des associations..

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Les représentants des entreprises adaptées, destinées aux travailleurs handicapés, ont signé le 12 juillet 2018 avec l'État un "engagement mutuel" dont la principale ambition est de doubler les embauches dans ce secteur d'ici 2022 grâce à des financements publics supplémentaires.

40 000 emplois en plus d'ici 2022

L'objectif est de "permettre à 40 000 personnes handicapées supplémentaires d'avoir accès à un emploi d'ici à 2022", pour atteindre 80 000, a expliqué la ministre du Travail Muriel Pénicaud, en paraphant avec l'Union nationale des entreprises adaptées (Unea), l'APF France Handicap et l'Unapei un "engagement national" pour "l'entreprise inclusive 2018-2022". Selon le texte, consulté par l'AFP, les signataires s'engagent à mettre en oeuvre d'ici la fin du quinquennat plusieurs actions pour "redimensionner" ce secteur et lui permettre de lutter contre le chômage des personnes handicapées.

Des entreprises "ordinaires"

Entretien d'espaces verts, nettoyage de bureau, recyclerie informatique, destruction de documents confidentiels, câblage... Les entreprises adaptées sont réservées aux travailleurs handicapés qui auraient des difficultés en milieu dit "ordinaire". Elles emploient au moins 80% de salariés handicapés, avec des contrats de droit commun, et tous sont payés au moins le Smic. Actuellement, plus de 500 000 travailleurs handicapés cherchent un emploi, et leur taux de chômage, de 19%, est deux fois plus élevé que celui de la population dans son ensemble.

Quelles mesures ?

L'engagement va permettre la mise en place d'expérimentations telles que la création d'un contrat à durée déterminé "tremplin", de 24 mois maximum, permettant aux personnes handicapées d'acquérir une expérience professionnelle les conduisant vers l'emploi durable, ou encore la possibilité pour les entreprises adaptées de proposer du travail temporaire, notamment "des missions aux personnes les plus éloignées de l'emploi". L'État s'engage à un "effort budgétaire" pour atteindre, "avec le concours d'autres financeurs, un budget de plus de 500 millions d'euros à horizon 2022". Pour la secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées, Sophie Cluzel, cette réforme permettra de "mieux associer les entreprises du milieu adapté et celles du milieu ordinaire pour accueillir davantage de jeunes". Selon l'Unea, le secteur perçoit actuellement 379 millions d'euros annuels et embauche 35 000 personnes.

Réactions des asso

Du côté des associations, réactions contraires. L'Apajh assure que, si elle reconnaît l'intérêt de certaines mesures, ne "signera pas cette convention". Avec ces dispositions jugées "alléchantes sur le papier mais questionnant à terme les droits des salariés en situation de handicap", elle "s'interroge fortement sur l'avenir des entreprises adaptées de petite taille, souvent rurales, pour qui l'accord sera difficile à mettre en œuvre à la fois pour la mixité stricte des salariés mais aussi pour la fluidité des parcours". En outre, elle rappelle que cette signature intervient peu de temps après qu'un arrêté modifie les modalités de calcul de la subvention spécifique attribuée aux entreprises adaptées (article en lien ci-dessous). "Une subvention pourtant très utile pour soutenir l'investissement des EA ou la rénovation des locaux par exemple", déplore Jean-Louis Garcia, son président. En effet, fin 2017, l'Unea et plusieurs associations s'étaient émues d'une mesure de la loi de Finances 2018 plafonnant une partie des aides financières qui leur étaient apportées. Leur appel a conduit à organiser une concertation avec les pouvoirs publics, aboutissant à cette convention dont le cadre juridique sera concrétisé par amendements au projet de loi pour la "Liberté de choisir son avenir professionnel", actuellement débattu au Sénat. "Doubler le nombre d'emplois est un objectif ambitieux qui répond à un défi social fort", ont réagi dans un communiqué l'Unea, l'APF France handicap et l'Unapei, assurant que "les 800 entreprises adaptées en France joueront pleinement leur rôle d'acteur de la société inclusive".

Photo : Twitter Sophie Cluzel

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 13-07-2018 par Jean-Michel :
Rien a vraiment changé depuis la sortie du livre de Pascal Gobry "L'Enquête interdite, un scandale humain et financier", paru en 2002. Les patrons d'association qui gèrent les entreprises adaptées et les établissements et services d'aide par le travail (ESAT) vont continuer à se gaver sur le dos des travailleurs handicapés. Ils vont même toucher des primes à l'embauche à hauteur de 8 000 euros... Il y a quelque 800 entreprises adaptées en France qui ont dégagé un chiffre d'affaires de 1,8 milliard d'euros en 2017. L'Etat versant une aide de 360 millions d'euros. Ce qui permet de casser le prix du marché.

Le 14-07-2018 par memee :
Au bout des deux ans que deviennent les salariés?
quels employeurs du milieu ordinaire vont les embaucher?sont ils handicapés ou tous simplement avec un ongle en moins?

Le 22-08-2018 par Christ Yss :
"Les entreprises adaptées sont réservées aux travailleurs handicapés qui auraient des difficultés en milieu dit "ordinaire"" Mais, ça veut dire quoi au juste cette phrase? Quels sont les critères pour être embauchés par ces entreprises qui somme toute sont des entreprises normales et qui profitent bien du système comme le dit Jean-Michel. Ne serait-ce pas une façon d'assouvir le peuple en faisant croire que l'on s'occupe des "personnes handicapées" qui pour beaucoup d'entre elles sont sous tutelle (point à vérifier).

Le 02-09-2018 par perledetahiti43 :
bonjour
je me permet de répondre à se sujet d'entreprise soit disant adapter car pour ma part je me suis fait licencier dans deux entreprise adapter suite a mais problèmes de santé du ancienne maladie professionnel leucémie j'aimerai savoir si il existe une enquête public qui donne des chiffres exactes de tout les travailleurs handicapé qui meme malgré c'est soit disant entreprise adapter on fait que empirer mon état de santé malheureusement car je pense pas être le seul dans cette situation je trouve que certaines personnes handicapé sont mal orienté pour aller dans c'est entreprise pour ma part encore inaptitude au travaille part je n'y arriver plus physiquement alors on nous laisse seul dans un coin encore a pole emploi depuis plus d'un ans très dur de se reconvertir a 50 ans sans diplôme est contraintes médicales milieu rural ( pas port charge lourde, pas poussières,est odeur forte , pas geste répétitifs, pas de travaille en hauteur

voila ma situation actuelle

cordialeme

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr