Esat hors les murs : expériences rares mais positives !

Résumé : On ne compte qu'entre 50 et 60 Esat hors les murs en France. Une passerelle pourtant précieuse pour aller du milieu protégé vers un emploi en milieu ordinaire. Olfa, 33 ans, victime d'une méningite, savoure cette victoire.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Par Pascale Juilliard

Il n'est pas facile d'exercer une profession quand on est porteur d'un handicap psychique ou cognitif, facteur de fatigue ou de stress pas immédiatement visible. Pour ces personnes et les entreprises qui les emploient, un accompagnement est souvent indispensable.

Handicap invisible

Olfa, 33 ans, est accueillie depuis cinq ans par Trajectoires Emploi, un établissement et service d'aide par le travail (Esat) dit « hors les murs », c'est-à-dire qu'il recherche à ses travailleurs des missions dans des entreprises extérieures. Le service basé à Sèvres (Hauts-de-Seine) et géré par l'association Adapei 92 vise à faciliter l'intégration professionnelle d'adultes ayant des difficultés cognitives, des déficiences intellectuelles ou des troubles psychiques. Olfa, qui a souffert d'une méningite dans son enfance, a gardé des séquelles, des « soucis de mémoire, de concentration et de fatigue », explique-t-elle à l'AFP. « Comme ça ne se voit pas, souvent les gens ne comprennent pas », dit-elle. Ses difficultés l'ont obligée à abandonner le métier d'animatrice en école maternelle, qu'elle a exercé avant d'obtenir la reconnaissance de qualité de travailleur handicapé (RQTH).

Une victoire pour Olfa

Trajectoires Emploi l'a aidée à déterminer le rythme de travail qui lui convient le mieux, avec 10 minutes de pause toutes les 45 minutes. Le service a trouvé pour Olfa plusieurs stages et missions plus longues d'agent de restauration, la dernière entamée il y a deux ans venant de déboucher sur un CDI. Une « victoire » pour la jeune femme, qui quitte ainsi le milieu dit « protégé » pour devenir salariée d'un groupe de restauration collective, dans un collège des Hauts-de-Seine. Les chargés d'insertion professionnelle de Trajectoires Emploi, qui l'ont aidée à trouver les adaptations nécessaires, pourront continuer de la soutenir ponctuellement pendant la première année de son CDI. Ils accompagnent ainsi tout au long de leur parcours une quarantaine de personnes, en prenant en compte leurs attentes et compétences.

Des adaptations nécessaires

Des ateliers sont organisés au sein de l'Esat pour aider ces personnes à surmonter leurs difficultés, surtout liées à « la mémorisation des consignes, la planification du travail, la communication », explique l'une des chargés d'insertion, Hayat Hadria. « Lors des premiers jours en entreprise, nous sommes présents pour vérifier que les adaptations mises en place conviennent, et les réajuster si besoin », dit-elle. L'équipe comprend également une psychologue et une conseillère chargée d'aider les personnes à développer leur autonomie dans leur vie quotidienne (démarches administratives, orientation dans les transports ...). Trajectoires Emploi accueille « principalement des personnes dont le handicap ne se devine pas », souligne la cheffe de service, Marion Brochard. « C'est d'autant plus important qu'il y ait un accompagnement, parce que quand le handicap ne se voit pas, parfois on l'oublie, dit-elle, et quand on l'oublie, on peut mettre en difficulté la personne en lui demandant des choses trop difficiles pour elle, ou qu'elle ne peut pas faire ».

Mises à disposition

Pour les missions longues, l'Esat signe avec les entreprises des « contrats de mise à disposition » pouvant aller jusqu'à trois ans, et c'est lui qui rémunère la personne. « Cela permet de protéger le travailleur », explique Mme Brochard. « L'entreprise ne peut pas lui dire du jour au lendemain "tu t'en vas" ou "je change tes horaires" ». Les entreprises clientes de l'Esat sont actives dans divers secteurs  : administratif, distribution du courrier, grande distribution ... Les expériences professionnelles ne débouchent cependant pas toujours sur une embauche en milieu ordinaire.

Entre 50 et 60 en France

Sarah, 27 ans, accueillie depuis décembre 2011 par Trajectoires emploi, a ainsi fait plusieurs missions, d'abord comme agent administratif, mais « le milieu ordinaire était trop stressant et je ne suis pas assez rapide », témoigne-t-elle. Elle est donc en train de s'orienter vers une activité de conditionnement dans un Esat traditionnel, ayant ses propres ateliers de production. Les Esat « hors les murs » restent peu nombreux au regard des besoins. Il n'y a pas de chiffre officiel mais leur nombre est estimé entre 50 et 60 en France de source associative.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2017) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 11-11-2017 par LOUNA :
Très belle initiative que la création d'ESAT hors les Murs! Il semblerait que ce soit la "solution" entre le monde protégé et le monde adapté...et il serait souhaitable de promouvoir ces modèles d'intégration professionnelle dans de nombreuses villes pour ceux considérés comme "différents" mais autrement capables....

Le 12-11-2017 par Ghis :
J'ai vu tout de suite que j'avais du mal à me consenter dans mon travail ayant eu une poliomyélite à l'âge de 20 mois j'ai grandit dans les hôpitaux .une fois adultes j'avais peur d'aller travailler et je comprenais pas toujours ce qu'on me demandait de faire. Soucie qui me nuisait énormément.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr