Création d'entreprise : comment obtenir un financement ?

Résumé : Lancée le 1er mai, la Banque pour Invalides (BPI) offre aux entrepreneurs une solution de recours au marché du crédit, faute de moyens et de garanties à offrir aux banques. Un dispositif original qui vient compléter les aides déjà existantes.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Sur le modèle du crowdfounding, les plateformes de financement participatif qui se multiplient sur Internet, la BPI entend « mettre en contact, par le biais de l'économie solidaire, des projets de création d'entreprise de personnes en situation de handicap avec des financements, notamment grâce à des dons de particuliers et d'entreprises », explique son fondateur Christophe Ferrari. La BPI est née en réponse aux difficultés rencontrées par de nombreux entrepreneurs handicapé afin d'obtenir un financement pour monter un projet professionnel. Elle offre également la possibilité à des organismes de financement d'apporter des prêts ou des participations en capital aux associations, aux coopératives ou aux particuliers « exclus du système bancaire ».

L'Agefiph, facilitateur de projets

Outre la BPI, l'Agefiph apporte son soutien à la création d'entreprise sous certaines conditions : apport personnel, inscription à Pôle emploi, possession d'au moins 30 % de l'entreprise,... Le montant de l'aide mis à disposition peut atteindre 6 000 €. Chaque année, plus de 3 000 personnes handicapées bénéficient d'une aide de cette association. Ce dispositif est cumulable avec d'autres aides à la création, comme l'ACCRE (Aide aux chômeurs, créateurs ou repreneurs d'entreprise) pour les auto-entrepreneurs ou encore le Prêt à la création d'entreprise (PCE). Pour plus d'information, l'Agence pour la création d'entreprise (APCE) est la plateforme compétente en la matière.

Benjamin Dusaussoy

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Handicap.fr. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, sans accord. »

Lire les réactions et réagissez !  


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 19-05-2013 par CYRILLE LEGALL :
Je suis le président du PRF. Je me bats pour changer et protéger l'handicapé moteur. Je connais l'AGEFIPH et j'ai été l'un des membres du Club des Créateurs d'Entreprise d'Auray, chargé des dossiers des handicapés. J'ai constaté que l'Agefiph n'aidait plus les gens ayant dépassé les 45 ans et qu'il leur fallait des prèts bancaires pour y avoir droit. Nous, au CCE, nous avons été bloqué par les banquiers qui refusaient de suivre notre cautionnement. A l'UNESCO le 20 mai 2005, je me suis exprimé la-dessus car rien n'est fait pour aider concrètement l'handicapé, créateur d'entreprise ou repreneur. A l'Assemblée Nationale dans le groupe de De Villepin, j'ai ouvert des pistes car je ne crois pas que la BPI puisse intervenir quand on sait que l'handicapé à moins de 800€ de AAH pour toute garantie. je demande à en savoir plus à ce sujet. Merci à vous le renseignement.

Le 19-05-2013 par spideur51300 :
bonjour voila je suis reconue comme mdph et je suis entrain de monter mon projet de création d'entreprise de détective privée et protection raprocher et jai besoin de crédit et aide finenecier car en plus des l'ouverture de cette entreprise jai un grand besoin de personel donc ppouriez vous m'aider pour réaliser ce projet qui me titent a coeur merci a vous

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr