Japon : l'Etat gonfle son quota de travailleurs handicapés

Résumé : Au Japon, des ministères sont soupçonnés d'avoir gonflé leur ratio de salariés handicapés. Les textes imposent un quota de 2.3% chez ces fonctionnaires. Mais l'Etat ne respecte pas ses propres lois. Scandale !

Par , le 

Réagissez à cet article !

Plusieurs ministères japonais ont indiqué vérifier l'exactitude de leurs statistiques après des informations des médias selon lesquelles ils auraient sciemment gonflé leurs ratios de salariés handicapés pour être en conformité avec la loi.

Un quota de 2.3 %

En 2017, les textes officiels imposaient un quota d'au moins 2,3% de travailleurs handicapés parmi les fonctionnaires rattachés aux différents ministères et agences gouvernementales. Les ministères ont assuré que 2,5% de leur personnel étaient affectés d'un handicap, mais les chiffres, selon la chaîne publique NHK, intègreraient des personnes qui se déclarent telles sans posséder le document officiel probant, équivalent d'une carte d'invalidité. La pratique serait si répandue que 1 000, voire 2 000 des plus de 6 000 personnes handicapées enregistrées, seraient dans ce cas, selon les médias.

Une ministre choquée ?

Le fait est avéré, mais non chiffré, dans au moins un des ministères, le sien, a reconnu la ministre des Affaires intérieures, Seiko Noda. "J'ai été extrêmement choquée d'entendre que des telles pratiques pouvaient exister au sein de mon ministère, bien que je n'en connaisse pas l'ampleur exacte", a-t-elle déclaré à la presse. "Il semble que ce soit aussi dans les autres ministères, et en tant que mère d'un enfant handicapé, je trouve cela intolérable", a-t-elle ajouté. "On tombe des nues en apprenant que l'Etat ne respecte pas les lois qu'il a lui-même fixées", a aussi réagi pour la chaîne NHK un représentant d'une association de personnes handicapées.

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr