Japon : l'Etat reconnait avoir gonflé ses quotas handicap

Résumé : Le gouvernement japonais reconnaît avoir gonflé le ratio de salariés handicapés. Grâce à ces manipulations de statistiques, il affichait en 2017 un ratio de 2,49%, en conformité avec la loi. Un scandale qualifié d'extrêmement regrettable.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Le gouvernement japonais a présenté le 28 août 2018 ses excuses après la découverte que de nombreux ministères avaient sciemment gonflé leurs ratios de salariés handicapés pour respecter les quotas légaux. Des milliers d'employés de 27 ministères et agences gouvernementales ont en effet été déclarés comme handicapés alors qu'ils ne possédaient pas le document officiel probant, équivalent d'une carte d'invalidité. Grâce à ces manipulations des statistiques, le gouvernement affichait en 2017 un ratio de 2,49%, en conformité avec la loi qui imposait alors un quota de 2,3%. Or en réalité, seulement 1,19% du personnel était affecté d'un handicap, selon les chiffres révisés fournis.

Des efforts promis

"Cela n'aurait jamais dû se produire au sein du gouvernement, qui a la responsabilité de fournir un emploi sûr aux personnes souffrant d'un handicap", a déclaré le porte-parole de l'exécutif, Yoshihide Suga, lors de son point presse régulier. Il a annoncé la création d'un groupe de travail sous la houlette du ministère du Travail pour tenter de faire la lumière sur l'affaire, et a appelé les autorités locales à mener des enquêtes similaires. "Nous ferons des efforts pour respecter nos obligations légales cette année. Mais si cela s'avère difficile, nous ferons en sorte d'y parvenir l'an prochain", a promis le ministre de la Santé, Katsunobu Kato, devant les journalistes. La situation est "extrêmement regrettable", a-t-il ajouté.

Une onde de choc

Le Conseil national du handicap, qui défend les droits des personnes handicapées au Japon, a évoqué "une onde de choc incommensurable". "Cela signifie qu'au fond de lui-même, le gouvernement dans son ensemble n'a pas envie d'embaucher des salariés handicapés. C'est de la discrimination pure et simple", a commenté le groupe. La ministre des Affaires intérieures, Seiko Noda, s'était dit "choquée" la semaine dernière par l'existence de telles pratiques, y compris au sein de son ministère. "En tant que mère d'un enfant handicapé, je trouve cela intolérable", avait-elle lancé. Comme dans de nombreux pays, beaucoup reste à faire dans l'archipel pour favoriser l'intégration des personnes handicapées et adapter les infrastructures.

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr