Gel des contrats aidés, pénibilité: et le handicap ?

Résumé : Les travailleurs handicapés sont-ils eux aussi menacés par les réformes du code du travail ? Gel des contrats aidés, allégements du compte pénibilité : les asso estiment qu'ils ont de bonnes raisons de descendre dans la rue le 12 septembre 2017.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Des élus écologistes ont déposé un référé-suspension contre le gel des contrats aidés, que le Conseil d'Etat examinera le 20 septembre 2017, ont-ils annoncé le 11 septembre dans un communiqué. "Pour les requérants, cette décision viole le principe de sécurité juridique mais également celle de continuité du service public et du droit à l'emploi. Dans l'immédiat, ce référé-suspension doit permettre de débloquer les renouvellements et embauches prévus pour la rentrée et l'automne", explique l'association Pouvoir citoyen.

Travailleurs handicapés menacés ?

"Partout en France, la fin brutale des contrats aidés menace ici la bonne tenue de la rentrée scolaire, là l'accompagnement des personnes en situation de handicap ou encore fragilisent le fonctionnement des associations notamment environnementales et d'insertion sociale", dénoncent-ils. Depuis le dépôt du recours le 1er septembre, le collectif des Associations Citoyennes, qui regroupe plus de 1 500 associations, et deux associations d'anciens combattants, se sont jointes à l'action engagée par les élus écologistes, précisent-ils. Un rassemblement aura lieu avant l'audience, le 20 septembre à 13h place du Palais-Royal.

Mélenchon dénonce

De son côté, Jean-Luc Mélenchon dénonce le même jour, sur son blog, la suppression des emplois aidés en 2017, y voyant "le plus grand plan de licenciement collectif jamais vu" en France, et un "désastre humain, économique et pour la vie sociale". La première année, il s'agit, selon le député de La France insoumise, de 150 000 emplois supprimés. La seconde année, en 2018, ce sont "110 000 emplois supplémentaires qui seront détruits".

Pas touche aux élèves handicapés

Le nombre d'emplois aidés devrait s'élever à 310 000 ou 320 000 en 2017, contre 460 000 en 2016. Fin août, le Premier ministre Edouard Philippe avait laissé entendre que l'enveloppe serait de nouveau réduite en 2018, à moins de 200 000 nouveaux contrats. 23 000 ont été supprimés dans l'Education nationale mais son ministre, Jean-Michel Blanquer, a affirmé que les emplois affectés à l'accompagnement des enfants en situation de handicap étaient conservés.

Pénibilité : des reculs ?

Les salariés du secteur associatif, qui pourraient être durement impactés par cette mesure, appellent à descendre dans la rue le 12 septembre, militant plus globalement contre la loi travail, rendue publique dans le même temps. Sur les projets d'ordonnances, la FNATH souligne les "reculs que constituent ces textes pour les droits des travailleurs en général, et donc pour ceux des travailleurs handicapés en particulier". Plus spécifiquement, cette association des accidentés de la vie dénonce les remises en cause de la santé au travail. La "fausse bonne idée" de fusionner les différentes instances représentatives du personnel risque d'entraîner, selon elle, la disparition du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Elle rappelle par ailleurs son hostilité à la réforme du compte pénibilité annoncée en juillet qui vise à exclure du dispositif de prévention les salariés exposés à 4 facteurs de pénibilité (manutention de charges lourdes, postures pénibles, vibrations mécaniques, risques chimiques). Le 12 septembre, plus 4 000 appels à la grève sont lancés dans toute la France.

© maxcam/Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 14-09-2017 par roux :
Sans les emplois aidés comment vivent les personnes qui en ont besoin ,il faut dire que ceux qui font les lois cela les touchent pas directement

Le 15-09-2017 par FANNY :
Reconnue Travailleur handicapé",fibromyalgie, l'AHA m'est refusée; douleurs, isolement, précarité,solitude.Mon quotidien se résume à gérer ma souffrance, l'insécurité de mon "devenir".. je viens de passer une année , avec volonté, en m'impliquant tous les jours, pour tenter de "dénicher" un emploi: SEULS LES emplois aidés constituaient une "cible" optimiste de mes recherches; un emploi dans une école, , et un temps partiel qui me permettait de "supporter" mon mal....8 jours avant d'entreprendre mon premier jour de travail, j'étais informée de ce que vous savez....cette décision fera des "dégâts", des ravages pour les personnes concernées par le handicap et la précarité...Je suis désormais résignée, et je n'ai plus le courage de me rendre à ces rdv au pôle emploi; où on nous demande de nous battre contre des moulins à vent....mais aussi à quand la fibromyalgie sera t-elle reconnue invalidante, surtout lorsqu'on est seule? SENTIMENT de détresse absolue...merci

Le 15-09-2017 par Pat :
Je suis moi-même reconnue comme travailleur Handicapé et malgré que je sois sans travail actuellement depuis mars 2013, je trouve scandaleux que l'on supprime cette aide qui permettait jusqu'à présent aux collectivités locales et autres à embaucher des personnes en situation de handicap. Lors d'une formation fin 2014, on nous a dit que nous avions droit d'être embauchés en CUI/CAE. Si l'Etat supprime cette aide, qu'allons-nous devenir? Surtout que j'aurai bientôt 58 ans et que personne ne veut m'embaucher à cause de mon âge et de mon manque d'expérience pour le métier que j'aimerai exercer: secrétaire assistante. Il n'y a pas d'endroit pour se former dans ce domaine dans la ville où j'habite et je ne peux pas me déplacer à plus de 30 Kms aller/ retour tous les jours à cause de mon état de santé.

Le 19-09-2017 par Nad :
Reconnue travailleur handicapé (80%), je suis en CUI dans une école maternelle, aide à la direction depuis 10 ans. J'apprends que tout s'arrête. Mon poste est compatible avec mon handicap. Que vais-je faire? A l'école mon poste est multifonctions, je ne reste pas statique et cela me convient très bien. Depuis 18 ans je suis dans les écoles. L'entreprise est un domaine complètement inconnu pour moi. Ma kiné (2 fois par semaine) garantis que les vacances reposent mon dos, et c'est vrai. A 51 ans, comment voir un avenir sans nuages? Je vis seule. Aller à Pôle Emploi et faire des formations qui ne mèneront à rien? Je ne peux m'occuper d'enfants en situation d'handicap, mon propre handicap me l'empêche. Ne faudrait-il pas se soucier des adultes handicapés qui ne demandent qu'à rester à leur poste? Pourquoi ne pas pérenniser les postes contrats aidés pour les travailleurs handicapés? Les employeurs ont une obligation d'embauche envers nous. Nous demandons de laide pour notre avenir !

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr