Microsoft embauche des autistes : une vraie tendance !

Résumé : Plusieurs grands groupes ont compris le bénéfice qu'ils pourraient tirer du talent très particulier des personnes autistes Asperger. Microsoft annonce un programme de recrutement. La France reste à la traîne mais commence à se mobiliser.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Petit autiste deviendra grand. Bientôt… Lorsqu'on évoque l'autisme, le plus souvent, on parle uniquement des enfants, de leur éducation, de leur scolarité. Et après ? Longtemps, cet après n'avait pour seul horizon que les murs des institutions. Mais aujourd'hui, certains jeunes adultes autistes, en particulier avec un syndrome Asperger (de haut niveau), se prennent à envisager une formation, un emploi et, pourquoi pas, une carrière. C'était d'ailleurs le thème de la journée mondiale de l'autisme le 2 avril 2015. Une « prééminence » qui fut même évoquée début mars 2015 à New-York lors d'un évènement organisé aux Nations-Unies.

Microsoft embauche

Une actu publiée le 6 avril 2015 pourrait leur donner des raisons supplémentaires de se réjouir. A l'occasion du 40ème anniversaire de sa création, Microsoft annonce qu'il engage un programme pilote de recrutement de personnes avec autisme, informaticiens le plus souvent mais pas seulement. « Les personnes autistes apportent des forces dont nous avons besoin chez Microsoft », explique Mary Ellen Smith, sa vice-présidente, elle-même mère d'un enfant autiste, sur le blog officiel du groupe. En 2014, la firme avait déjà initié un projet thérapeutique pour les enfants autistes et avait été suivie par Intel, Qualcomm, Cisco Systems, Oracle et Apple. Une implication pas véritablement sidérante puisqu'il se susurre, depuis longtemps déjà, que Bill Gates, son co-fondateur, présente de nombreux traits autistiques et revendique son attachement à toutes formes de diversité.

Une mine de talents

Microsoft n'est pas le seul à avoir compris l'intérêt de ces cerveaux atypiques qui manifestent une étonnante capacité à retenir l'information, portent une attention sidérante aux détails ou excellent en mathématiques ou en langages codés. En Allemagne, SAP, une entreprise de logiciels mise sur cette valeur ajoutée et recrute délibérément des centaines de salariés avec autisme. Chez Microsoft, ils seront embauchés à temps plein à Redmond, siège du groupe informatique, au nord-ouest des Etats-Unis. Ce programme est mené en collaboration avec un réseau d'entreprises danois « utilisant les caractéristiques des personnes autistes comme un avantage concurrentiel ». Specialisterne, que l'on peut traduire par « Les spécialistes » est une entreprise socialement innovante dans laquelle la majorité des salariés ont un diagnostic de spectre de l'autisme et travaillent comme consultants avec des tâches comme le test de logiciels, la programmation ou la validation de données. Il est implanté dans 13 pays mais pas en France.

Et en France ?

L'Hexagone reste à la traîne dans ce domaine même si trois initiatives ont récemment vu le jour : le dispositif « Pass P'as » mené par le Centre lillois de rééducation professionnelle qui vise à l'insertion professionnelle des personnes autistes Asperger ou de haut niveau ou encore « Ethik-Asperger » porté par la fondation Malakoff Médéric Handicap qui aide à la création d'une filière de formation et d'intégration dans l'emploi. De son côté, le « Projet Simon », du nom du premier étudiant autiste Asperger suivi, en 2007, a été lancé en 2012 par Handisup, avec l'objectif de préparer les lycéens et étudiants autistes Asperger et de haut niveau à leur avenir professionnel, avec un accompagnement adapté sur le modèle du job coaching déjà appliqué à l'étranger. Une première en France ! 40 stages, emplois d'été et embauches ont été pourvus en 3 ans. Un guide de 35 pages (lien ci-dessous) est également à disposition des entreprises pour les informer sur ce sujet.

Des gens bizarres mais parfois géniaux

Josef Schovanec, autiste Asperger, philosophe, rappelle à son tour que la Silicon valley a saisi le potentiel des personnes autistes mais aussi de ces « gens bizarres ». Il cite l'exemple de Seymour Cray. Schizophrène, il creusait un tunnel sous son garage et prétendait communiquer avec les ovnis tout en mettant au point les principaux mécanismes des superordinateurs. Mais Josef de rappeler que « tous les autistes Asperger ne sont pas forcément informaticiens et peuvent aussi être doués en sciences humaines ». C'est justement son cas ; polyglotte et écrivain, il publie, en mars 2015, « L'autisme pour les nuls », issu d'un ouvrage américain. Quelques modifications ont été nécessaires et Josef se plait à évoquer une chapitre qui n'avait visiblement pas lieu d'être dans la version française : « Comment gérer sa fortune quand on est autiste ? ». Pour le moment…

Comprendre l'autisme pour les nuls, adapté de l'américain par Josef Schovanec et Caroline Glorion, éditions First, 400 pages, mars 2015, 22.95 €.

© Mopic/Fotolia

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web

"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 20-06-2015 par luc;b :
merci a microsoft de sont engagement , s'avoir comment les joindre pour du travaille informatique comme handicapé ??

Le 03-07-2015 par éclaireur :
Lautiste par ses difficultés à communiquer est une personne très souvent associable et handicapée par son stress inhérent à son autisme. Comment les entreprises telles que Microsoft par exemple et autres citées dans larticle, peuvent -elles offrir à ces autistes un emploi leur garantissant leur totale autonomie tout en les intégrant comme élément indispensable au fonctionnement maximal de lentreprise?

Le 06-07-2016 par Epsilon :
Tout dépend si on est autiiste sévère ou autiste léger.
Je suis en cours du diagnostic du trouble du spectre autistique. J'ai des difficultés à gérer le stress, mais ma principale difficulté au travail est sociale, j'ai des difficultés à aller dans pots, ou à parler en groupe. Je vais avoir du mal a parler de la dernière musique à la mode, de foot... Par contre je compense mon handicap en aidant mes collègues sur des problèmes informatiques par exemple.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches