Définition du Handicap

Résumé : Connaître le Handicap

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Héphaïstos, le fils de Zeus est forgeron boiteux rejeté par sa mère et exclu de l'Olympe .

Au moyen-âge, on parle des infra humains, bouffons et sans âme.

Au 17ème siècle, la personne handicapée n'est ni homme ni animal, réduit à la mendicité pour subsister.

L'origine du mot vient du jeu anglais « hand in cap » (17ème siècle), traduit par "la main dans le chapeau". Un jeu où l'on se disputait des objets personnels dont le prix était proposé par un arbitre, la mise étant déposée dans une coiffure (cap).

Par la suite, une compétition entre deux chevaux (1754), puis des courses de chevaux (1780), le glissement de sens s'expliquant par l'idée de jugement comparatif de la valeur (des objets, puis des chevaux).

Handicap est introduit en français, comme d'autres termes d'hippisme, avec l'idée d'égaliser les chances des concurrents en imposant aux meilleurs de porter un poids plus grand ou de parcourir une distance plus longue.

De là vient (1913) le sens figuré d'"entrave, gène", "infériorité" et, par extension (1964), celui d'infériorité momentanée" en parlant d'une collectivité par rapport à une autre.

Au cours des dernières décennies, le vocabulaire utilisé pour désigner les personnes handicapées a bien évolué. Si, vers 1960, on désignait ces personnes comme étant des infirmes ou des invalides, on parle aujourd'hui de « personnes handicapées » ou de « personnes en situation de handicap ».

En 1980, l'Organisation Mondiale de la Santé a établi une Classification Internationale des Handicaps (CIH), prenant en compte trois situations :

(1) la déficience (ou invalidité), résultant d'une maladie ou d'un traumatisme, définie comme la perte (sclérose, amputation) ou le dysfonctionnement de l'une des parties du corps (organe, membre, muscle). La déficience peut être temporaire ou permanente et nécessite des interventions portant sur la personne (exemple : rééducation fonctionnelle)

Elle peut également être évolutive ou stable, acquise ou innée.

(2) le handicap (ou incapacité), résultant d'une ou plusieurs déficiences, définie comme la difficulté ou l'impossibilité de réaliser des actes élémentaires physiques (se tenir debout, se lever...) ou psychiques (mémoriser). Elle peut nécessiter des aides techniques.

(3) le désavantage, conséquences du handicap par rapport à une situation sociale et qui se manifeste par la difficulté ou l'impossibilité de travailler, communiquer, suivre des cours... Il se situe à l'intersection de l'environnement social de la personne et des caractéristiques propres à l'individu.

La loi du 11 février 2005 donne la définition suivante du handicap : « constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant » (Art. L.114)

En faisant le choix de classer les déficiences en 5 grandes Familles (motrices, auditives, visuelles, psychiques et intellectuelles) différentes de celles données par le législateur, nous avons essayé d'être au plus près de la réalité terrain d'aujourd'hui.

Comment se comporter ?

Cette rubrique sera détaillée par type de déficience dans les rubriques suivantes.

En général :

Offrez votre aide sans l'imposer, en demandant à la personne ce dont elle a besoin.

Favorisez les communications franches et honnêtes.

Lorsqu'elle s'est adaptée à sa déficience, une personne ne sollicite de l'aide que lorsque nécessaire.

Essayez de voir davantage le potentiel que les limitations de la personne : tout le monde y gagnera !

Encouragez la personne à utiliser ces capacités, tout en résistant à l'envie de la surprotéger. Quelquefois, on peut se montrer attentif et apporter un soutien en étant simplement présent pour l'autre.

Il est fréquent que l'on se sente mal à l'aise en présence d'une personne handicapée car on ne sait pas comment se comporter, quels termes employer....

Un conseil : voyez d'abord la personne avant de voir son handicap.

Abordez la personne de face, de façon à ce qu'elle vous voit bien. Il est plus facile de comprendre une personne qui vous fait face ; cette position facilite la communication des expressions faciales ou du langage corporel qui transmettent beaucoup d'information.

Adressez-vous directement à la personne... plutôt qu'à son accompagnateur (le cas échéant)

Parlez d'une voix normale. Si la personne a de la difficulté à vous entendre, elle vous le dira.

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 02-08-2011 par Bata :
Il existe un jeu de sensibilisation au handicap nommé "Soli-terre".Il s'agit d'un jeu de société ludique, accessible à tous et pédagogique permettant d'appréhender positivement les différents types de handicaps. Infos :Bataclan asbl 0032/2/646.30.13

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr

Découvrir Autonom-ease - notre sélection de produits et de solutions pour vous et vos proches