Handicap : 51 pistes pour l'emploi en milieu ordinaire

Résumé : Pôle emploi, les acteurs de la formation professionnelle et les régions doivent mieux se mobiliser pour l'accès et le maintien dans l'emploi en milieu ordinaire des personnes handicapées, préconise un rapport remis le 19 juin 2018 au gouvernement.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

La présidente du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH), Dominique Gillot, identifie trois réseaux d'acteurs de droit commun "prioritaires", dans un rapport contenant 51 propositions remis le 19 juin 2018 aux ministres Agnès Buzyn (Santé et Solidarités), Muriel Pénicaud (Travail) et à la secrétaire d'Etat Sophie Cluzel (Handicap). L'ancienne sénatrice socialiste cite Pôle emploi, "dont l'organisation et l'offre de service doivent être améliorées", les acteurs de la formation professionnelle, "qui n'identifient que trop rarement les besoins de formation ou de reconversion pour raisons de handicap ou de santé", et les régions qui "doivent mettre en place des programmes régionaux d'accès à la formation et à la qualification professionnelle des personnes handicapées".

Un système trop complexe

Le taux d'inactivité (57%) comme le taux de chômage (19%) des personnes handicapées sont presque deux fois plus élevés que ceux de la population dans son ensemble, souligne le rapport. Les entreprises "considèrent trop les personnes handicapées du point de vue de leur handicap, de leurs limitations, (plutôt) que du point de vue de leurs compétences", a commenté Mme Gillot sur France Info. "L'éventail de dispositifs pour accompagner les personnes handicapées vers l'emploi est (...) d'une complexité très grande, avec trop d'interlocuteurs, des cloisonnements", a-t-elle ajouté. "Il y a vraiment besoin de simplifier, de rendre les choses plus rationnelles, plus performantes, et de généraliser l'information et l'accompagnement des personnes vers l'emploi". Le rapport recommande de "réduire les délais et simplifier les formalités d'accès aux différents droits", notamment en accordant la reconnaissance de qualité de travailleur handicapé (RQTH) "pour une durée plus longue, voire définitivement, en cas de handicap irréversible".

34 recommandations pour les aidants

Un second tome contient 34 recommandations pour que les aidants puissent mieux concilier leur rôle de soutien au quotidien d'un proche âgé ou handicapé avec leur vie professionnelle. Pour préserver leur propre santé, Mme Gillot 
propose d'instaurer une visite médicale par semestre, prise en charge à 100% ansi que les soins qui en découlent.

Photo : Twitter Sophie Cluzel

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 20-06-2018 par Michele :
Le constat est acquis mais concrètement que fait on maintenant pour y remédier .
Cessez les constats ,les rapports et autres et Agissons
Des actes les handicapés en ont assez d'´attendre un rôle dans la Société .

Le 20-06-2018 par fab :
des pistes .;des pistes on entend que ça des pistes... Agissez et bien !!! pour d'autres mesures nos décideurs vont bien plus vite en général pour celles moins favorables aux plus en difficultés..c'est un constat

Le 20-06-2018 par Bouacha :
Malgré ma reconnaissance travailleur handicapé depuis 2012 je cherche sans succès même alternance en vain

Le 04-07-2018 par pascal poirel :
ses du bla bla pour les handicapée rient avance an peut souffrir alle travail voila se que veut l etat

Le 30-08-2018 par Charles :
Je suis kiné retraité et je cherche une mission d'intérim et pour l'instant sans succès.

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr