Handicap : de nouvelles pistes pour encourager l'emploi

Résumé : Des partenariats entre grandes entreprises et PME, plus de jeunes en stage ou en alternance, sensibilisation des dirigeants aux handicaps... Un rapport propose des pistes pour l'insertion des travailleurs handicapés, durement touchés par le chômage.

Par , le 

Lire les réactions et réagissez !

Dans un rapport remis le 23 avril 2018 à la secrétaire d'État chargée du handicap Sophie Cluzel, la plateforme RSE (Responsabilité sociétale des entreprises), structure qui réunit depuis 2013 les acteurs de la RSE en France, formule une quinzaine de recommandations pour "encourager les entreprises à prendre des initiatives en faveur de l'embauche et du maintien dans l'emploi des travailleurs handicapés".

De fortes difficultés d'insertion professionnelle

Quelque 5,7 millions de personnes en âge de travailler ont un handicap. Parmi elles, 2,7 millions bénéficient de la reconnaissance administrative d'un handicap, ce qui représente 6,6% de la population active. Malgré l'instauration d'une obligation d'emploi de 6% de travailleurs handicapés, en 1987 dans les entreprises privées puis en 2005 dans la fonction publique, les personnes handicapées éprouvent de fortes difficultés d'insertion professionnelle. Plusieurs freins sont mis en avant par cette plateforme : l'image du handicap au sein des entreprises, le coût et l'investissement "ressentis" du handicap, notamment par les PME, et la formation des travailleurs handicapés, quand près de 80% ont un niveau de formation inférieur ou égal au CAP/BEP.

Plus de partenariats

Pour mieux former et recruter ces travailleurs, elle recommande notamment de créer des partenariats entre organisations professionnelles, écoles, universités, associations et entreprises dans un même territoire. Elle insiste en outre sur la mise en place territoriale d'un "interlocuteur unique identifié" pour les entreprises, ou encore le renforcement de l'accueil des jeunes en stage ou en alternance.

Passerelles entres PME et grandes entreprises

Contrairement aux grandes entreprises, qui ont des obligations légales en matière de RSE et peuvent mener des politiques spécifiques de lutte contre les discriminations liées au handicap, "les petites entreprises souffrent d'un manque de ressources humaines et financières pour mettre en place une politique" dédiée, pointe la plateforme. Des "passerelles entre les PME et les grandes entreprises" devraient  pouvoir être créées "sur un même territoire pour favoriser le maintien dans l'emploi" et s'inspirer de bonnes pratiques.

Un label d'entreprises vertueuses

Les entreprises les plus vertueuses pourraient être labellisées, en s'appuyant par exemple sur la norme française "entreprise handi-accueillante". Enfin, "alors que plus de 80% des situations de handicap sont invisibles, l'image commune reste celle d'une personne en fauteuil roulant", est-il souligné. La plateforme rappelle la nécessité de "renforcer la sensibilisation et la communication" auprès des dirigeants d'entreprises.

© Twitter Sophie Cluzel

Lire les réactions et réagissez !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2018) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».


Commentaires

Réagissez à cet article

Le 24-04-2018 par MARTIN :
Encore un rapport...le énième et jamais le chômage des TJ n'a été aussi élevé

Le 24-04-2018 par emilie :
je suis chauffeur coursière de produits sanguins je travailler dernièrement pour France Colis Santé embaucher au cdi comme tous le monde j ai travailler jour et nuit sur le secteur de Etablissement Français du Sang .la Formation fu totalement obsolète mais j ai tenu j ai fait comme tous le monde et vu les difficultés la direction m a passer sur du travail nettement plus adaptée sur le secteur " CHU";;;horaire fixe tournée reguliéres enfin voila j ai travailler un anas comme cela j etais bien un très bon relationnels auprès des laboratoires hôpitaux ect j amais eu de soucis.J ai passer ma visite médicale qui a informer a la direction que je devais donc rester sur le poste et du jour au lendemain tous a basculer je me retrouve licencier et de plus sans possibilités de reclassement . VOILA et je me retrouve au chômage encore une fois a koi bo sert il avoir une reconnaissance de travailleur handicapée

Le 26-04-2018 par MARIE 5454 :
A titre d'exemples, ne serait-il pas judicieux e procéder par étapes et voir si ds ses propres ministères, il n'y a pas des injustices commises et exiger à maintenir les handicapés ds les postes dont ils ont été éjectés, avant de s'attaquer à plus gros chantier ? qui est méritant mais pas logique.

Le 26-04-2018 par Pierrot :
Les beaux discours ne nourrissent pas, mais nous plonges de plus en plus, chaque jours qui passe, dans la dépression. Et dêtre senior n'arrange pas

Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr