Aménagement du poste de travail (Partie 3)

L'aménagement du poste de travail (III)

Résumé : Cet article présente les grandes lignes de l'aménagement du poste de travail dans une logique de maintien dans l'emploi d'une personne handicapée.
 
Par le

L'aménagement du poste de travail (suite)

 

Les services d'aide et de conseils

Rappelons en premier lieu que le salarié est le premier acteur de son emploi et de son aménagement de poste. En préparant l'aménagement avec le salarié, ses préoccupations et difficultés seront prises en compte au fur et à mesure de la démarche d'aménagement. Sachez aussi que c'est le salarié qui prend la décision de demander une reconnaissance de travailleur handicapé, il n'en a pas l'obligation. L'employeur et les différents services peuvent l'accompagner dans ces démarches.

 

Le médecin du travail

Il est très important dans le processus d'aménagement d'un poste de travail. Le médecin du travail est en charge :

  • de l'examen médical d'embauche qui permet de s'assurer que le salarié est médicalement apte au poste de travail auquel le chef d'établissement envisage de l'affecter,
  • de la visite de reprise suite à un arrêt maladie,
  • de la visite de pré-reprise qui permet d'apprécier l'aptitude de salarié à reprendre son poste et la nécessité d'une adaptation des conditions de travail et d'une réadaptation du salarié.

Il peut proposer les adaptations du poste ou la mutation vers un autre poste.

 

Les Cap emploi et les Sameth

Ces équipes interviennent afin d'aider les entreprises et les salariés à trouver une solution de maintien dans l'entreprise quand apparaît une inadéquation entre le handicap et le poste de travail. Ils sont financés par l'Agefiph.
Les Cap Emploi ont pour vocation d'aider les travailleurs handicapés dans leur maintien et leur recherche d'emploi tout en assurant le suivi de leur placement.
Les services d'appui pour le maintien dans l'emploi des personnes handicapées proposent :

  • des informations sur le maintien dans l'emploi,
  • des aides à la mobilisation d'appuis techniques, administratifs ou financiers
  • des conseils pour éclairer sur la possibilité d'une démarche permettant de préserver l'emploi de salariés handicapés.
  • un service d'ingénierie pour la recherche et la mise en œuvre de solutions.

 

Le cabinet d'ergonomie

L'intervention d'un ergonome a pour but d'identifier les situations handicapantes qu'un salarié rencontrera sur son lieu de travail. Après une phase de diagnostic, l'ergonome fera une recherche de solutions afin de trouver une bonne adéquation entre le poste et le salarié. Les solutions tant organisationnelles que techniques seront validées lors d'une concertation entre l'entreprise, le salarié, le médecin du travail et le sameth.
Les services d'un ergonome sont financés soit par l'entreprise, soit par l'Agefiph. Pour avoir un financement de l'Agefiph, l'entreprise et son salarié concerné doivent faire une demande auprès du Sameth (ou CDME) qui transmettra la demande à l'Agefiph. Si l'Agefiph juge l'intervention d'un ergonome nécessaire, elle missionnera un cabinet d'ergonomie de son choix qui interviendra auprès de l'entreprise.

 

La Sécurité sociale

La Sécurité sociale intervient en cas de demande de reconnaissance de l'invalidité de la personne, et de demande de mi-temps thérapeutique.
Les CRAM ont aussi un service de prévention des risques professionnels que les entreprises peuvent solliciter. Les techniciens peuvent intervenir en matière de sécurité au travail mais aussi pour aider dans l'étude de postes et de l'organisation du travail.
Elle peut prendre en charge le financement d'un matériel qui est en partie remboursé (fauteuil roulant, prothèses auditives...).

 

Le Comité d'Hygiène, sécurité et conditions de travail (CHSCT)

Le CHSCT peut être consulté lors du maintien dans l'emploi de salariés handicapés. Il doit être associé à la recherche de solutions concernant l'organisation matérielle du travail, l'aménagement des lieux de travail. Les délégués du personnel, en cas d'absence de CHSCT (dans les entreprises de moins de 50 salariés) donnent leur avis sur le nouveau poste que l'employeur envisage de proposer à son salarié dans le cadre d'un reclassement. Ils peuvent faire usage de leur droit d'alerte en matière d'atteinte à la santé physique et mentale des salariés et saisir l'employeur.

 

Les points-clés

Les salariés ne doivent pas hésiter à demander un aménagement. Les entreprises ne doivent pas hésiter à travailler sur les questions de maintien dans l'emploi et de bonne adéquation des postes ; il ne s'agit que d'une gestion raisonnée de leur capital humain.

Plus le médecin du travail rencontre la personne qui est en arrêt maladie tôt, plus les démarches pourront débuter rapidement.

Il est conseillé de demander la reconnaissance de travailleur handicapé le plus tôt possible, en particulier pour pouvoir bénéficier des aides de l'Agefiph sans attendre la réponse concernant la RQTH.

Le Sameth et le médecin du travail sont les interlocuteurs incontournables en matière d'aménagement du poste.

Les procédures et fiches de poste ne sont pas une fin en soi, le suivi régulier des postes tant collectivement qu'individuellement est incontournable.

 

Documentation

Pour avoir de la documentation vous pouvez contacter le réseau ANACT pour l'amélioration des conditions de travail.


Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Tous les liens

L'emploi sur Handicap.fr en partenariat avec :
Idrac Business School     Cadre Online     Agefiph  Pôle Emploi 

Recevez la newsletter Handicap.fr